Amelia


Amelia de Kimberley McCreight

568 pages, éditions Le Livre de Poche, à 8,60€


Résumé : À New York, Kate élève seule sa fille de 15 ans, Amelia. En dépit d’un rythme professionnel soutenu, elle parvient à être à l’écoute de cette adolescente intelligente et responsable, ouverte et bien dans sa peau. Très proches, elles n’ont pas de secrets l’une pour l’autre. C’est en tout cas ce que croit Kate, jusqu’à ce matin d’octobre où elle reçoit un appel de l’école. On lui demande de venir de toute urgence. Lorsqu’elle arrive, Kate se retrouve face à une cohorte d’ambulances et de voitures de police. Elle ne reverra plus jamais sa fille. Amelia a sauté du toit de l’établissement. Désespoir et incompréhension. Pourquoi une jeune fille en apparence si épanouie a-t-elle décidé de mettre fin à ses jours ? Rongée par le chagrin et la culpabilité, Kate tente d’accepter l’inacceptable… Mais un jour, elle reçoit un SMS anonyme qui remet tout en question :  » Amelia n’a pas sauté.  » Obsédée par cette révélation, Kate s’immisce alors dans la vie privée de sa fille et réalise bientôt qu’elle ne la connaissait pas si bien qu’elle le pensait. À travers les SMS, les mails d’Amelia, les réseaux sociaux, elle va tenter de reconstruire la vie de son enfant afin de comprendre qui elle était vraiment et ce qui l’a poussée à monter sur le toit ce jour-là. La réalité qui l’attend sera beaucoup plus sombre que tout ce qu’elle avait pu imaginer.


Extraits : « La carrière d’abord, des enfants seulement si on a le temps. »

« On a tous des phares. Des lumières qui nous guident jusque chez nous.« 


Mon avis : Amelia est un gros thriller de près de 600 pages, qui a fait partie de la sélection du  Prix des lecteurs du Livre de Poche en 2017. Et pour cause : c’est un très bon roman policier, qui se lit avec facilité et rapidité.

Amelia, une jeune lycéenne, se suicide du haut de son établissement scolaire. Sa mère, Kate, est mortifiée par cette tragédie, d’autant qu’elle n’avait repéré aucun signe avant-coureur laissant présager cette mort. Peu de temps après le suicide d’Amelia, Kate reçoit de mystérieux textos anonymes lui disant que sa fille ne s’est pas tuée seule. Il n’en faut pas plus à la pauvre mère pour relancer l’enquête : accompagnée de l’inspecteur Thompson – Lew -, ils vont fouiller l’ordinateur et le téléphone d’Amelia et vont y découvrir de terribles secrets. Kate pensait connaître sa fille, mais il n’en est rien.

La narration alterne entre passé et présent, entre Kate et Amelia, avec un chapitre consacré à l’enquête de Kate, suivi par un autre qui remonte dans le passé d’Amelia, où l’on découvre la vie personnelle de la jeune fille, ses camarades d’école et les mésaventures qui jalonnent sa scolarité. L’histoire se dessine donc pas à pas et suit l’enquête en cours. Viennent s’ajouter à ces points de vue des extraits des textos échangés par Amelia avec ses amis, des statuts Facebook qu’elle a publiée, des mails envoyés par Kate, ainsi que des extraits du journal polémique du lycée : GraceFully. Autant d’éléments qui viennent dynamiser le récit.

D’apparence calme et studieuse, Amelia aime lire, jouer au hockey et ne s’intéresse pas aux garçons, contrairement à sa meilleure amie Sylvia. Bien que très différentes, les deux jeunes filles se connaissent depuis la maternelle, traînent toujours ensemble et se confient sans détour l’une à l’autre. Sauf qu’un beau jour, sans en avertir Sylvia, Amelia s’est laissé endoctrinée par un club secret et très sélect de sororité, des jeunes femmes qui se prénomment les Magpies. Pour être digne d’appartenir à ce club secret, Amelia va devoir réaliser des défis tous plus extravagants les uns que les autres. D’abord intimidée, la jeune fille va se prêter au jeu, pour prouver son courage,  sa détermination et pour impressionner Dylan, une mystérieuse demoiselle qui a pris Amelia sous son aile. Elle va braver les règles de bonne conduite, se dévergonder et passer outre les avertissements du proviseur Woodhouse sur son comportement changeant. Le tout sous le nez de sa mère, trop accaparée par son travail pour déceler quoique ce soit chez sa fille.

Ce livre est accessible au grand public, mais est certainement à visée plus adolescents, puisqu’il traite des dangers de certaines fréquentations, ainsi que des défis lancées lors de bizutages, mais aussi des dangers d’Internet et des réseaux sociaux. Des thématiques contemporaines, déjà maintes fois abordées dans d’autres romans pour adolescents, mais qui prouvent une nouvelle fois qu’il vaut mieux radoter pour imprégner les esprits de nos jeunes plutôt que de devoir subir les pots cassés après coup.

Autres thématiques intéressantes abordées par Kimberley McCreight, c’est l’acceptation de l’homosexualité chez les adolescents, acceptation par soi d’abord, puis par ses proches ensuite, puis la découverte de sentiments nouveaux, jusqu’à refoulés. L’auteure aborde aussi la  question de la parentalité, très importante pour que les jeunes puissent se construire convenablement. Kate a bâtie une histoire pré-fabriquée sur le supposé père d’Amelia, alors que celle-ci n’a jamais vraiment cru à son mensonge. Des années plus tard, la vérité risque d’éclater au grand jour, faisant plus de dommages que d’intérêts.


Un très bon thriller, haletant et surprenant, qui place en son centre les sororités, les dangers des bizutages, l’amitié, les difficultés de l’amour, la nouveauté du sexe et les secrets écrasants. J’ai beaucoup aimé !

Ma note : 7,5/10

Pour lire plus d’avis

 

2 réflexions sur “Amelia

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s