Jusqu’à ce que la mort nous unisse


Jusqu’à ce que la mort nous unisse de Karine Giebel

604 pages, éditions Pocket


Résumé : L’Ancolie est une fleur aussi belle que toxique. Belle, à l’image de certains souvenirs. Toxique, à l’image de certains regrets. L’Ancolie, c’est aussi le nom d’un chalet perdu en pleine montagne. C’est là que vit Vincent, un homme seul et meurtri. Rejetant son passé et redoutant son avenir, il préfère vivre dans le présent. Une existence éprise de liberté qu’il consacre entièrement à sa passion pour la montagne et à son métier de guide. Jusqu’au jour où la mort frappe tout près de lui, l’obligeant à sortir de sa tanière. Aux yeux de tous, un tragique accident, une chute mortelle. Seul Vincent est persuadé qu’il s’agit d’un meurtre, que ce n’est pas la montagne qui a tué, et que les vrais coupables doivent payer. Alors, aidé par Servane, une jeune recrue de la gendarmerie avec laquelle il a noué une étrange relation, il se lance dans une quête de vérité.
Une quête qui va le conduire sur d’effroyables sentiers, le confronter à ses propres démons.
Une quête qui va déterrer un à un des secrets profondément enfouis au coeur de cette paisible vallée, et qui auraient dû le rester à jamais.
Car si le mensonge blesse, la vérité peut être fatale…


Extraits : « On est tellement impatient de vieillir à cet âge-là. On appuie sur l’accélérateur, en vain. Jusqu’au jour où on se surprend à chercher la pédale de frein… En vain. »

« On endosse l’habit de garde comme celui de moine : par vocation, par passion. »


Mon avis : Il y a quelques années maintenant, j’ai découvert la plume de Karine Giebel à travers Les morsures de l’ombre, que j’avais adoré. Plusieurs années ont passées et j’avais envie de me replonger à la découverte de cette auteure de polars française, hautement plébiscité par tous.

L’Ancolie est un lieu paisible, chalet où vit Vincent, guide en haute montagne. Il y vit seul avec son chien, son fidèle compagnon, depuis le départ de Laure, son amour de toujours. Cette dernière l’a quittée un beau jour pour partir avec un parisien, sans plus jamais lui donner de nouvelles. Depuis, Vincent survit comme il peut, enchaînant les conquêtes sans pour autant s’attacher. Il va faire la rencontre de Servane, une jeune gendarme nouvellement mutée dans la vallée. De fil en aiguille, ils vont nouer une belle relation d’amitié, solide et très complice. Ensemble, ils vont devoir faire face à une tragique nouvelle : Pierre, le meilleur ami de Vincent, est retrouvé mort dans son terrain de jeu favori : la montagne. Pour ce dernier, aucun doute n’est permis : Pierre connaissait la montagne comme sa poche et n’aurait jamais pu trébucher, comme le soupçonnent les gendarmes. Aidé de Servane, ils vont mener l’enquête pour tirer au clair cette affaire.

Je me suis totalement imprégnée de l’ambiance de ce roman, et pour cause : à l’heure où je lisais ce livre, j’habitais en Haute-Maurienne, dans un chalet encerclé par les montagnes. Autant dire que le cadre dans lequel je me trouvais coïncidait totalement avec les descriptions faites par l’auteure d’Allos, Colmars et de tous les magnifiques paysages environnants. J’ai donc pu me représenter davantage les différentes scènes qui se jouaient sous mes yeux.


Allos, Colmars, Thorame-Haute… des villages cités dans le roman,
présents dans les Alpes-de-Haute-Provence, en région PACA.

L’auteure m’a donné très envie de découvrir Allos, Colmars et ses alentours. Les Alpes-de-Haute-Provence sont pourtant situées dans ma région, mais je ne suis jamais allé visiter ces coins-là. Je pense y consacrer plusieurs week-end au printemps ou en été… peut-être que je tomberais sur un guide de montagne aussi passionné que Vincent ? En tout cas, j’ai adoré l’ambiance de ce polar, dépaysant à souhait !

Lac d’Allos en plein été

J’ai vraiment beaucoup aimé ce livre. Malgré sa taille assez conséquente (plus de 600 pages), je l’ai dévoré en quelques jours à peine. Il faut dire que Karine Giebel sait instaurer une dose de suspense suffisante pour tenir le lecteur en haleine jusqu’au bout. Les rebondissements sont légions et apparaissent lorsqu’on s’y attend le moins.

J’ai également beaucoup aimé la relation entre Vincent et Servane, qui se révélera originale et beaucoup plus surprenante que ce que vous pourriez penser au départ. Ce sont deux personnes qui ont un vécu, qui ont été d’une façon ou d’une autre blessée par la vie, deux âmes en peine, solitaires et recluses, qui vont s’apprivoiser avec bonhomie, respect et pudeur.

De ce polar a découlé un téléfilm réalisé par France 3. Diffusé en novembre 2018, il a même remporté le Grand Prix 2018 du Film francophone de télévision au Festival Polar de Cognac. Pour la petite info supplémentaire : toutes les scènes ont été tournées dans les lieux citées par l’auteure : de quoi nous donner davantage envie de découvrir ces somptueux paysages français !


Un très bon polar, rythmé et surprenant, qui m’a en plus donné envie de découvrir les Alpes-de-Haute-Provence et principalement les villages d’Allos et de Colmars. J’ai déjà hâte de me plonger dans mon prochain Giebel !

Ma note : 9/10

Pour lire plus d’avis

 

11 réflexions sur “Jusqu’à ce que la mort nous unisse

  1. Nanette dit :

    Je ne connaissais absolument pas ce roman ni son adaptation télévisuelle. En tout cas, j’adore les intrigues qui mélangent fiction, « divertissement » et découvertes culturelles, naturelles et géographiques qui font tout simplement mention du réel comme dans le cas présent. Cela apporte une vraie plus-value au roman en question à mon sens !

    Aimé par 1 personne

    • analire dit :

      Je suis TOTALEMENT d’accord avec toi ! C’est aussi ce que je préfère : être divertie, tout en m’enrichissant culturellement : pour moi, c’est le combo gagnant. Pour en revenir à ce polar, je te le conseille vivement !

      J'aime

  2. Entournantlespages dit :

    Ce n’est jamais le livre de l’auteure que je recommande en premier car il faut dire que le rythme est particulier, l’histoire se met doucement en place et ça ne plaît pas à tout le monde. Personnellement, j’ai accroché dès le début, je me suis laissée totalement embarquée dans cette atmosphère montagneuse avec ce duo qui m’a beaucoup plu.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s