IN MY MAILBOX

imm

In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.
Le regroupement des liens se fait sur le blog Lire ou Mourir !

Samedi dernier, j’ai fait un petit tour chez Emmaüs, et voici les livres avec lesquels je suis ressortie.

Il y a tout d’abord Un coeur trop lourd d’Ann Rule édité chez Michel Lafon, qui est un polar pour ma maman, qui adore les romans policiers inspirés de faits réels.

Résumé : Voilà treize jours qu’Ariane a posé ses valises dans cette villa de la côte d’Albâtre. Pour elle et sa fille de 3 ans, une nouvelle vie commence. Mais sa fuite, de Paris à Veules-les-Roses, en rappelle une autre, plus d’un siècle plus tôt, lorsqu’une fameuse actrice de la Comédie-Française vint y cacher un lourd secret. Se sentant observée dans sa propre maison, Ariane perd peu à peu le fil de la raison…

Bienvenue au pays de Caux, terres de silences, de pommiers et de cadavres dans les placards…

Dans les romans de Michel Bussi, vous étiez surpris jusqu’à la dernière page…
Dans ses nouvelles, vous le serez jusqu’à la dernière ligne.


Encore pour ma maman, un nouveau polar : Mémoire Piégée de Nicci French, un auteur que j’ai déjà lu et que j’aime beaucoup.

Résumé : Le 27 juillet 1969, Natalie Martello disparaît. Vingt ans plus tard, son corps est découvert, enterré à quelques mètres du domaine familial du Shropshire, au cœur du Pays de Galles. Les analyses révèlent que la jeune fille était enceinte. Jane, sa meilleure amie, va tenter de se remémorer cet été si particulier. Mais faire resurgir le passé n’est pas sans risque…


Vient ensuite un classique parmi les polars : Inferno de Dan Brown édité chez Le Livre de Poche. Un auteur que j’ai pu découvrir il y a quelques années, à travers Anges & démons, mais que je n’avais jamais relu depuis. Je suis donc impatiente de renouer avec sa plume !

Résumé : Robert Langdon, professeur de symbologie à Harvard, se réveille en pleine nuit à l’hôpital. Désorienté, blessé à la tête, il n’a aucun souvenir des dernières trente-six heures. Pourquoi se retrouve-t-il à Florence ? D’où vient cet objet macabre que les médecins ont découvert dans ses affaires ? Quand son monde vire brutalement au cauchemar, Langdon décide de s’enfuir avec une jeune femme, Sienna Brooks. Rapidement, Langdon comprend qu’il est en possession d’un message codé, créé par un éminent scientifique qui a consacré sa vie à éviter la fin du monde, une obsession qui n’a d’égale que sa passion pour « Inferno », le grand poème épique de Dante. Pris dans une course contre la montre, Langdon et Sienna font tout pour retrouver l’ultime création du scientifique, véritable bombe à retardement, dont personne ne sait si elle va améliorer la vie sur terre ou la détruire…


Encore une auteure de polars très connue : Karine Giebel et son roman Jusqu’à ce que la mort nous unisse édité chez Pocket. J’avais découvert Les morsures de l’ombre de cette auteure il y a quelques années, et j’en garde un agréable souvenir.

Résumé : L’Ancolie est une fleur aussi belle que toxique. Belle, à l’image de certains souvenirs. Toxique, à l’image de certains regrets.
L’Ancolie, c’est aussi le nom d’un chalet perdu en pleine montagne.
C’est là que vit Vincent, un homme seul et meurtri. Rejetant son passé et redoutant son avenir, il préfère vivre dans le présent. Une existence éprise de liberté qu’il consacre entièrement à sa passion pour la montagne et à son métier de guide.
Jusqu’au jour où la mort frappe tout près de lui, l’obligeant à sortir de sa tanière.
Aux yeux de tous, un tragique accident, une chute mortelle. Seul Vincent est persuadé qu’il s’agit d’un meurtre, que ce n’est pas la montagne qui a tué, et que les vrais coupables doivent payer.
Alors, aidé par Servane, une jeune recrue de la gendarmerie avec laquelle il a noué une étrange relation, il se lance dans une quête de vérité.
Une quête qui va le conduire sur d’effroyables sentiers, le confronter à ses propres démons.
Une quête qui va déterrer un à un des secrets profondément enfouis au coeur de cette paisible vallée, et qui auraient dû le rester à jamais.
Car si le mensonge blesse, la vérité peut être fatale…


Pour parfaire mon anglais, je me suis choisi plusieurs livres en VO, dont le premier est : How not to fall in love actually de Catherine Bennetto, qui me semble un livre amusant et assez simple à comprendre.

Résumé : Emma has a job in television which is distinctly less glamourous and exciting than it sounds. She’s managed to claw her way up the ranks from Tea-Maker and Rubbish-Collector to 2nd Assistant Director (heavy on the ‘assistant’. Even heavier on the ‘2nd’).

So when she finds she’s accidentally very pregnant and at the same time accidentally very sacked (well, less accidentally: she did tell her boss to stick his job up his bum), she knows things are going to have to change.

Luckily she’s also accidentally the heir to a lovely cottage in Wimbledon, with a crazy Rottweiler-owning octogenarian as a neighbour and a rather sexy boy as an accidental tenant. But this baby is coming whether she likes it or not, and she needs to become the sort of person who can look after herself let alone another human being – and quickly.


Je me suis pris Brida de Paulo Coelho, un auteur que j’aime beaucoup. Même si c’est une traduction (la langue d’origine de Paulo Coelho étant le brésilien), je ne doute pas d’acquérir du vocabulaire avec ce livre, tout en prenant plaisir à découvrir une autre histoire de cet auteur que j’aime beaucoup.

Résumé : This is the story of Brida, a young Irish girl, and her quest for knowledge. She has long been interested in various aspects of magic but is searching for something more. Her search leads her to people of great wisdom, who begin to teach Brida about the spiritual world. She meets a wise man who dwells in a forest, who teaches her about overcoming her fears and trusting in the goodness of the world; and a woman who teaches her how to dance to the music of the world, and how to pray to the moon. As Brida seeks her destiny, she struggles to find a balance between her relationships and her desire to become a witch. This enthralling novel incorporates themes that fans of Paulo Coelho will recognize and treasure—it is a tale of love, passion, mystery, and spirituality from the master storyteller.


Dernier livre en VO que j’ai choisi : The Surface Breaks de Louise O’Neill. Un livre que j’ai clairement choisi pour sa couverture, que je trouve absolument superbe !

Résumé : Deep beneath the sea, off the cold Irish coast, Gaia is a young mermaid who dreams of freedom from her controlling father. On her first swim to the surface, she is drawn towards a human boy. She longs to join his carefree world, but how much will she have to sacrifice? What will it take for the little mermaid to find her voice? Hans Christian Andersen’s original fairy tale is reimagined through a searing feminist lens, with the stunning, scalpel-sharp writing and world building that has won Louise her legions of devoted fans. A book with the darkest of undercurrents, full of rage and rallying cries: storytelling at its most spellbinding.


J’ai ensuite choisi plusieurs livres de Jonas Jonasson, un auteur que j’avais découvert grâce à Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, que j’avais bien aimé. Le premier livre que j’ai choisi, c’est L’assassin qui rêvait d’une place au paradis, édité chez Pocket.

Résumé : Li-ber-té ! Après trente ans de prison, Johann Andersson, plus connu sous le nom de Dédé le Meurtrier, est enfin libre. Mais ses vieux démons le rattrapent vite : il s’associe à Per Persson (réceptionniste sans domicile fixe) et à Johanna Kjellander (pasteure défroquée) pour monter une agence de punitions corporelles. Des criminels ont besoin d’un homme de main ? Dédé accourt ! Moyennant une large commission. Alors, le jour où il découvre la Bible et renonce à la violence, mettant en péril la viabilité de l’entreprise, Per et Johanna décident de prendre les choses en main. Game over Dédé !


Enfin, deuxième roman de Jonas Jonasson choisi : L’analphabète qui savait compter, édité chez Pocket. En tout cas, les couvertures et les titres de ses romans me donnent terriblement envie : je pense que c’est l’une des raisons principales qui m’ont fait choisir ces livres.

Résumé : Tout semblait vouer Nombeko Mayeki, petite fille noire née dans le plus grand ghetto d’Afrique du Sud, à mener une existence de dur labeur et à mourir jeune dans l’indifférence générale. Tout sauf le destin. Et sa prodigieuse faculté à manier les nombres. Ainsi, Nombeko, l’analphabète qui sait compter, se retrouve propulsée loin de son pays et de la misère, dans les hautes sphères de la politique internationale.
Lors de son incroyable périple à travers le monde, notre héroïne rencontre des personnages hauts en couleur, parmi lesquels deux frères physiquement identiques et pourtant très différents, une jeune fille en colère et un potier paranoïaque. Elle se met à dos les services secrets les plus redoutés au monde et se retrouve enfermée dans un camion de pommes de terre. À ce moment-là, l’humanité entière est menacée de destruction.
Dans sa nouvelle comédie explosive, Jonas Jonasson s’attaque, avec l’humour déjanté qu’on lui connaît, aux préjugés et démolit pour de bon le mythe selon lequel les rois ne tordent pas le cou aux poules.


J’ai également acheté Les morues de Titiou Lecoq édité chez Le Livre de Poche. C’est un roman feel good, qui a reçu un Prix, donc je me suis facilement laissé tenter.

Résumé : C’est l’histoire des Morues, trois filles – Ema, Gabrielle et Alice – et un garçon – Fred –, trentenaires féministes pris dans leurs turpitudes amoureuses et professionnelles. Un livre qui commence par un hommage à Kurt Cobain, continue comme un polar, vous happe comme un thriller de journalisme politique, dévoile les dessous de la privatisation des services publics et s’achève finalement sur le roman de comment on s’aime et on se désire, en France, à l’ère de l’internet. C’est le roman d’une époque, la nôtre.


J’ai également acheté un livre qui me faisait très envie depuis longtemps, que tout le monde a déjà lu (sauf moi, évidemment) : Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une de Raphaëlle Giordano édité chez Pocket. Je vais vite le lire pour pouvoir rattraper mon retard !

Résumé : Camille, trente-huit ans et quart, a tout, semble-t-il, pour être heureuse. Alors pourquoi a-t-elle l’impression que le bonheur lui a glissé entre les doigts ? Tout ce qu’elle veut, c’est retrouver le chemin de la joie et de l’épanouissement. Quand Claude, routinologue, lui propose un accompagnement original pour l’y aider, elle n’hésite pas longtemps: elle fonce. À travers des expériences étonnantes, créatives et riches de sens, elle va, pas à pas, transformer sa vie et repartir à la conquête de ses rêves…


Je me suis laissé tenter par un livre qui s’appelle Mudwoman de Joyce Carol Oates édité chez Points. Joyce Carol Oates est une auteure que j’adore, que j’ai notamment pu découvrir à travers son roman J’ai réussi à rester en vie, lu il y a quelques années, qui m’avait bouleversé. J’ai donc particulièrement hâte de retrouver sa plume !

Résumé : Abandonnée par sa mère dans les marais des Adirondacks, Mudgirl est miraculeusement sauvée puis adoptée par un couple résolu à lui faire oublier son horrible histoire. Devenue Meredith Neukirchen, première femme présidente d’université, Mudwoman, brillante et irréprochable, se dévoue toute à sa carrière. Un voyage sur les lieux de sa naissance va faire resurgir les fantômes du passé…


J’ai également acheté un roman dont j’ai entendu parler cette semaine et qui m’a tout de suite attiré : Quand j’avais cinq ans je m’ai tué de Howard Buten édité chez Points. Je suis impatiente de le découvrir !

Résumé : Un roman d’amour. Raconté par un garçon de huit ans qui dérange et bouleverse les conventions des adultes et se retrouve victime de leur bêtise.
Gil est en effet enfermé dans un hôpital psychiatrique pour « troubles du comportement avec symptômes schizoïdes ». Son crime ? Il a été surpris à des jeux amoureux avec sa petite copine, Jessica.
C’est son histoire qu’il raconte. Toute son histoire: sa famille, son école avec ses copains et ceux qui ne le sont pas, ses rêveries devant les héros de la télé, ses craintes et ses révoltes, sa tendresse pour Jessica.
Et ce récit est écrit dans sa langue, une langue qui écorche la syntaxe mais nous attendrit et nous séduit par ses trouvailles poétiques, ses mille drôleries, la façon dont elle transcrit la réalité telle que peut la voir Gil.
Un livre tendre, burlesque et ironique qui nous enseigne que le « vert paradis des amours enfantines » est un domaine bien difficile à préserver des préjugés adultes sur le comportement des enfants.


Et pour terminer sur la présentation de mes achats livresques chez Emmaüs, voici un Agatha Christie : La Maison du péril édité chez Le Club des Masques. J’ai eu une brusque envie de lire un Agatha Christie, et je me suis rendu compte que je n’en avais plus dans ma PAL ! J’ai vite remédié à ce problème.

Résumé : Un lourd tableau qui se décroche à la tête d’un lit. Un rocher qui dévale une falaise et s’écrase sur le sentier.
Les freins d’une voiture qui lâchent dans une descente… Et pour finir, une balle perdue qui vient se loger dans un chapeau !
Pour Hercule Poirot, en villégiature sur la cote sud de l’Angleterre, il n’y a guère de doute : on en veut à la vie de la ravissante Miss Buckley, héritière d’une villa délabrée du voisinage. Même si l’intéressée ouvre de grands yeux, se demandant qui peut bien lui en vouloir.
L’assassinat de sa cousine, qu’on a manifestement confondue avec elle, obligera Miss Buckley à prendre au sérieux les craintes du détective. Lequel n’aura de cesse de démasquer le coupable. Mais seule une très savante mise en scène lui permettra d’y parvenir. Et la surprise sera de taille…


J’espère que ce petit article de présentation vous a plût.
N’hésitez pas à me conseiller en commentaires, où à me faire part de vos nouvelles réceptions livresques.

5 réflexions sur “IN MY MAILBOX

  1. entournantlespages dit :

    Bonnes lectures !
    J’ai adoré Jusqu’à ce que la mort nous unisse mais il faut savoir que l’histoire met du temps à s’installer, le rythme est moins haletant que dans les autres romans de l’auteure. Mais le duo est très intéressant à découvrir.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s