Du sang sous les acacias


Du sang sous les acacias de Bernadette Richard

311 pages, éditions Favre


Résumé : Tanzanie. Une sombre affaire de coeurs arrachés ensanglante la savane.
Yànnis Cortat, flic atypique appartenant à une cellule d’investigation spéciale, est envoyé sur place. Très expérimenté, il est aussi ultrasensible et intuitif.
La journaliste américaine Violette McIntosh, une rebelle au caractère explosif avec qui il s’est lié d’amitié, l’accompagne. Elle ne se déplace jamais sans son chien, seul compagnon qui lui reste après un drame qui la hante toujours.
Pour les aider à comprendre l’univers de la réserve animalière dans laquelle ils opèrent, une jeune biologiste parisienne, aussi sensuelle qu’efficace, est appelée en renfort.
Chacun d’entre eux à ses secrets, ses passions et ses failles.
Leurs soupçons se portent bientôt sur une secte, coutumière de sacrifices rituels. Ils ignorent encore à quel point leur enquête va les mettre aux prises avec une véritable folie meurtrières, et les interroger également sur leurs propres limites.


Extrait : « Il savait aussi que tout passe tout casse tout lasse, y compris les deuils, la perte des êtres chers, les chagrins d’amour, les séparations. Et la passion.


Mon avis : Tanzanie. L’inspecteur Yannis Cortat, spécialisé dans les enquêtes touchants la faune et la flore, ainsi que la journaliste Violette McIntosh qui l’accompagnent, se rendent tous deux en Afriquep pour résoudre une intrigue bien mystérieuse. Dans une grande réserve africaine, plusieurs hippopotames se font tuer, avant d’être ouvert et dépecé de leurs coeurs. Une spécialiste des pachydermes se joint à l’enquête, pour tenter de percer ce grand mystère.

Ce que j’ai le plus apprécié dans cette histoire, c’est son lot d’actions, qui s’enchaînent avec fluidité et sans temps mort, et l’ambiance générale de l’histoire. L’enquête se déroule en Tanzanie, dans une réserve naturelle, où évoluent en liberté les plus grands prédateurs de la planète. Le dépaysement est total, on se laisse facilement embarquer aux côtés de nos héros, et on se prend à rêver de voyages… En tout cas, c’est l’aspect du récit que je retiendrais le plus : des paysages désertiques à perte de vue et des animaux sauvages en liberté, qui viennent tutoyer les touristes. 

En revanche, je suis assez déçue du dénouement. D’une part parce qu’il est prévisible. Même les personnes qui ne sont pas des habituées des romans policiers peuvent aisément débusquer le coupable, avant même que l’histoire est atteinte sa moitié. Je pensais que l’auteure nous réserverait un petit retournement de situation, qui aurait été bénéfique pour l’histoire, mais non. Le coupable est celui que je soupçonnais depuis le début. Par contre, les raisons de ses crimes sont assez obscures et ne tiennent pas la route. Malgré les explications, je n’ai pas réussi à comprendre objectivement ce qui l’avait réellement pousser à commettre de tels actes. L’histoire globale est intéressante dans l’ensemble, mais le dénouement, largement tiré par les cheveux et bien trop prévisible, m’a laissé totalement sur ma faim.


Un polar dépaysant, qui vous fera voyager jusque dans la Tanzanie sauvage. Bien construit, intéressant à découvrir, mais il manque de fluidité dans le dénouement de l’histoire. 

Ma note : 6/10

Pour lire plus d’avis

 

2 réflexions sur “Du sang sous les acacias

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s