Nos éclats de miroir


Nos éclats de miroir de Florence Hinckel

171 pages, éditions Nathan


Résumé : Je m’appelle Cléo, et j’aurai bientôt 15 ans, 1 mois et 20 jours ? Cette date est importante pour moi, car c’est à cet âge-là que tu es morte, ma chère Anne Franck. Tu es mon écrivaine préférée ! Alors j’ai décidé de m’adresser à toi dans ce nouveau carnet. Je vais te raconter ce qui m’interroge, me fait rire ou bouleverser.


Extraits  « Il y a dans les livres, parfois, des mots qui font peur. Mais ils font envie aussi. Peut-être que quand je les comprendrai, ils ne m’inquiéteront plus. »

« Les mots sont la vie. Quoi qu’il puisse t’arriver, tu aurais écrit, même dans ta tête. Écrire, c’est tricoter avec les laines des pensées : formes, couleurs, fils, sensations, idées abstraites. Les agencer, puis les couvrir d’une couette douillette. Ou au contraire, les trancher avec un sabre. »


Mon avis : Nos éclats de miroir est un récit assez particulier. Écrit sous la forme d’un journal intime par une certaine Cléo, âgée de 15 ans, son récit se veut une réponse au journal de la défunte Anne Frank.  Cléo se renomme d’elle-même Kitty, le nom attribué au destinataire des lettres qu’écrivait Anne Frank.

Pour ceux qui ne savent pas qui est Anne Frank (je pense que vous n’êtes pas si nombreux que ça, mais quand bien même, ne sait-on jamais), c’est une jeune fille juive, qui a écrit un journal intime durant deux ans, le temps où elle et sa famille étaient cachées dans une maison pour éviter la persécution des juifs voulus par Hitler. Anne Frank n’a malheureusement pas survécu au camp de concentration, où elle succombera à 15 ans d’un typhus. Son père, heureux survivant, publiera post-mortem le journal intime de sa fille, qui connaîtra un succès phénoménal dans le monde entier.

Nos éclats de miroir est un roman touchant, écrit avec pudeur et émotions. Florence Hinckel rend ici un magnifique hommage à Anne Frank.

Malheureusement, je reste un peu sur ma faim. Le volume très court de ce livre en est sans doute la principale cause, puisque le développement de l’histoire et des personnage n’est pas permis.

J’ai été touchée aux diverses références à Anne Frank, qui est une jeune fille admirable, que chacun doit aimer et respecter pour son courage, mais malheureusement, je n’ai pas été touchée par le restant de l’histoire. Cléo est une jeune fille très sympathique, mais son caractère n’est pas affirmé, tant et si bien que le puissant personnage d’Anne Franck se superposait à Cléo et l’effaçait complètement. C’est un des problèmes principaux de s’attaquer à un monument de la littérature.

Le texte final de Florence Hinckel – et non Cléo – en revanche m’a particulièrement touché. Il s’agit de photocopies de journaux intimes de l’auteure plus jeune, qui écrivait – on ne sait pourquoi – à une amie imaginaire du nom de Kitty, la même personne à qui s’adressait Anne Frank dans son journal. C’est en lisant ces informations finales que le récit entier prend tout son sens.


Cette histoire rend un émouvant hommage à l’incroyable Anne Frank. Malgré  tout, je ne l’ai pas trouvée assez consistante, trop peu développée, et par conséquent facilement remplaçable dans l’esprit des lecteurs. 

Ma note : 5,5/10

Pour lire plus d’avis

Publicités

5 réflexions sur “Nos éclats de miroir

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s