La Ballade de Willow


La Ballade de Willow de Jamie Ford

452 pages, éditions Charleston, à 8,90€


Résumé : 1934. Depuis qu’il a été abandonné quand il avait 7 ans, William Eng est pensionnaire de la très stricte institution du Sacré-Coeur, à Seattle. Cinq années ont passé, personne n’est venu le chercher. Aucune nouvelle de Liu Song, sa mère.
Un jour pourtant, alors qu’il est au cinéma avec les autres garçons de l’orphelinat, il reconnaît le visage de sa mère dans une bande-annonce. Troublé par cette apparition qu’il n’osait plus espérer, William décide de s’enfuir pour retrouver celle qui se nomme désormais Willow Frost…
Conteur hors pair, Jamie Ford tisse avec un immense talent une intrigue riche, tendre et bouleversante, au temps de la Grande Dépression.


Extraits « En se projetant dans l’avenir, on peut être ce que l’on veut. »

« – Je te crois, moi, William.
– Comment peux-tu ?
– Grâce aux yeux du coeur. J’écoute mes sentiments parce que mes sentiments ne mentent pas. »


Mon avisAnnées 1930. William a été abandonné par sa mère alors qu’il n’avait que 7 ans. Placé dans un orphelinat, ce petit garçon chinois va grandir entouré d’enfants, dans l’attente potentielle du retour de sa mère. Alors que l’espoir de la revoir s’amenuise de jour en jour, il reconnaît le visage de sa mère dans une bande-annonce. Son sang ne fait qu’un tour : il doit la retrouver. William va braver tous les interdits mis en place par les soeurs de l’orphelinat pour revoir celle qu’il appelle son ah-ma.

Énormément de lecteurs ont été conquis par l’univers crée par l’auteur. Pour ma part, je n’ai malheureusement pas été entièrement transporté dans le Chinatown Américain des années 1930. Racisme, prohibition, diaspora… sont autant d’éléments qui sont abordés et mis concrètement en scène dans l’histoire.

La Ballade de Willow est ponctuée de scènes au présent et de plongées dans le passé de Willow, la ah-man de William. L’histoire n’est pas décousue pour autant, elle se lit avec aisance et fluidité. Le tout est dynamique, avec des rebondissements surprises et actions qui s’enchaînent. L’histoire se veut mélodramatique, on sent que l’auteur a envie que nous versions quelques larmes en lisant son livre : malheureusement, je n’ai pas été touché plus que ça, ni par les personnages, ni par le récit en lui-même.

De plus, il y a de nombreuses fautes de frappe dans ce livre, de bêtes erreurs d’orthographe et de syntaxe qui ont freiné ma lecture. Tout le monde fait des fautes d’orthographe, c’est humaine, mais quand on en retrouve presque à chaque chapitre, ça commence à devenir pénible.


J’ai passé un moment de lecture divertissant, mais le récit ne m’a pas plus touché que ça. Je ne doute pas que d’autres lecteurs puissent apprécier à sa juste valeur cette histoire. 

Ma note : 5,5/10

 

Publicités

Une réflexion sur “La Ballade de Willow

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s