Littérature jeunesse

Le silence des sirènes


Le silence des sirènes de Sarah Ockler

456 pages, éditions Nathan, à 16,95€


Résumé : Elyse, promise à une belle carrière de chanteuse, doit partir en tournée avec sa sœur jumelle. Mais elle devient muette suite à un accident en mer. Du jour au lendemain, Elyse perd ses repères, ses rêves, sa joie de vivre… Elle se réfugie alors chez sa tante, à Atargatis Cove, petite ville portuaire portant le nom d’une sirène légendaire. Là-bas, elle s’isole, passant ses journées à écrire des poèmes sur le flanc d’un bateau échoué. Heureusement, elle rencontre bientôt Christian, séduisant bad-boy, et son jeune frère, Sebastian, qui rêve d’être une sirène. Avec eux, elle va décider de sauver la ville, menacée par un projet touristique, et surtout… retrouver le goût de la vie.


Extraits :  « Le coeur des femmes est infini. Il y a assez de place pour les deux – la douleur et le bonheur.« 

« Le silence est un filet qui attrape les secrets et les fait remonter à la surface.« 


Mon avis : Sarah Ockler est une auteure jeunesse que j’ai déjà croisé à plusieurs reprises. Sans être de la grande littérature, ses précédents romans m’avaient fait passer un bon moment de détente. Avec Le silence des sirènes, l’auteure revient au devant de la scène en proposant une lecture estivale, propice à la saison.

Alors qu’Elyse, accompagnée de sa soeur jumelle, sont promises à un grand avenir dans le monde de la chanson, Elyse perd subitement l’usage de sa voix. Démunie, anéantie, elle décide de s’éloigner de son ancienne vie, et trouve refuge à Atargatis Cove, une ville en bord de mère, où habite sa tante. Là-bas, escortée de sa cousine, elle va faire de très belles rencontres : Vanessa, une jeune femme sympathique et délurée, Christian, un beau gosse ténébreux et mystérieux, ainsi que Sébastien, le petit frère du bad boy. Pour retrouver goût à la vie, Elyse va se lancer dans une aventure qui n’est pas de tout repos : restaurer le vieux voilier de Christian, pour ensuite prendre la mer avec lui et gagner ensemble la compétition des pirates.

L’histoire est agréable à lire, et devrait ravir les jeunes lecteurs. Néanmoins, pour des lecteurs plus aguerris, comme moi, certaines choses, dans le comportement des personnages, par exemple, ont gênés l’avancée de ma lecture. Car il est vrai que Sarah Ockler baigne dans le cliché. Le bad boy et la petite fille timide et muette qui tombent mystérieusement et subitement amoureux, on le sentait tous venir à mille kilomètres. Ce n’est pas très novateur comme approche ; à force de voir le même schéma archétypale se présenter à chaque lecture jeunesse, on en arrive à saturation. Même les jeunes lecteurs doivent en avoir marre qu’on les infantilise encore plus qu’ils ne le sont déjà. Un peu plus de maturité dans les histoires jeunesses narrées, notamment dans les histoires d’amour, ça apporterait quelque chose de plus solide au récit.

En outre, je suis passé totalement à côté de ce que l’auteure voulait transmettre à travers son histoire de sirène. Je n’ai absolument pas compris le rôle des sirènes dans l’histoire, ni l’intérêt d’accorder cet aspect de l’histoire au reste. Certains chroniqueurs postulent à dire que Le silence des sirènes est une réécriture de La Petite sirène. Certes, les connivences sont nombreuses, l’inspiration est clairement tirée du conte d’Andersen, mais la modernisation et l’ancrage réaliste de l’histoire ne m’ont pas convaincues ; bien trop brouillonne, et peu utile au déroulement du récit.

De plus, il y avait une sorte de fil conducteur tissé autour de la perte de parole d’Elyse, qui nous poussait à en savoir toujours davantage. L’auteure ne distille que très peu d’indices pour assouvir notre curiosité, d’où l’envie toujours plus grande de continuer notre lecture pour découvrir le fin mot de l’histoire. Mais là encore, l’histoire s’étire en longueur. Il ne se passe que très peu de choses, tant et si bien que je me suis ennuyée à de nombreuses reprises.


Un roman jeunesse estival et moderne, qui devrait ravir les fans de La Petite Sirène. Malheureusement pour moi, la magie n’a pas opérée. J’ai trouvé le récit trop plat et pas assez original. 

Ma note : 4/10

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « Le silence des sirènes »

  1. Ping: O

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s