Littérature jeunesse

169 jours pour le faire


169 jours pour le faire de Lindsey Rosin

345 pages, éditions Hachette romans, à 16,90€


Résumé : Le faire ou ne pas le faire ? Telle est la question.

Alex l’a déjà fait. Du moins c’est ce qu’elle laisse croire.
Emma n’y a jamais vraiment pensé mais pourquoi pas ?
Zoë n’arrive même pas à y songer sans devenir rouge tomate.
Quant à Layla, elle a tout prévu : elle le fera avec son petit ami le jour de la Saint-Valentin.

Quatre filles. Un Pacte. Et 169 jours pour le faire.


Extraits :  « Les gens normaux sont ceux qu’on ne connaît pas encore.« 

« Vanessa Martin était la fille la plus aimée et la plus détestée des secondes. Tout dépendait de qui parlait : les garçons adoraient ses débardeurs décolletés, ses soutiens-gorge rembourrés, ses minuscules shorts, son rire aigu et sa manie de suçoter tout ce qui lui passait sous la bouche, crayons, sucettes ou mèches de cheveux ; les filles la haïssaient pour les mêmes raisons.« 


Mon avis : 169 jours pour le faire, mais quoi ? A votre avis ? Qui est ce petit « le » que personne ne nomme, mais que tout le monde connaît ? Je pense que la couverture est assez explicite ; mais pour ceux qui ne l’auraient toujours pas compris, vous le découvrirez bien assez vite.

On suit le quotidien de quatre jeunes étudiantes, toutes meilleurs amies, qui se sont liées autour d’un Pacte commun : faire l’amour avant de terminer leurs années de lycée. Il ne leur reste donc que 169 jours pour le faire. Nous allons suivre Alex, Zoë, Layla et Emma dans leurs pérégrinations amoureuses et amicales quotidiennes, ainsi que dans l’avancée de leur défi commun.

Si j’étais maman et que j’avais une jeune adolescente, je ne sais pas si je lui prêterais ce livre. Il y a quand même quelques propos des jeunes filles qui sont assez directs et passablement choquants, ainsi que des scènes plutôt crues (moins que ce qu’on peut lire dans des romances érotiques, mais assez crues pour des jeunes adolescentes). De plus, cela pourrait délivrer un mauvais message sur la sexualité : ces quatre jeunes filles se sont lancées un défi : faire l’amour dans un court laps de temps. Or, ce genre de chose ne se décide pas comme cela. Il faut se sentir prêt, en confiance avec l’autre, sûr de son amour, avant de se lancer. L’exact opposé du message que les filles font passer.

Mais je dois admettre que c’est quand même une bonne manière de dédramatiser ces questions de sexualité, qui restent des sujets « tabous » et souvent honteusement tus. Certains parents rebutent à parler de ces choses-là avec leurs enfants ; alors je me dis que pourquoi pas leur faire lire ce genre de livre, pour leur faire prendre conscience de plusieurs choses : des risques, des sentiments…

Outre cet aspect sexuel du récit, c’est une jolie histoire d’amitié qui est dépeinte. Quatre meilleures amies, inséparables, qui s’aiment un jour, s’engueulent un autre, mais ne peuvent jamais cesser de se voir et de se parler. Une amitié parfaite, que tout le monde désirerait avoir.


Mon coeur balance quant à ce roman : j’admets que parler de sexualité à des jeunes adolescentes permet de dédramatiser ces sujets dits « tabous ». Mais la façon dont Lindsey Rosin le fait ne me convient pas, puisqu’elle montre le sexe comme quelque chose de facile et désinvolte. Bien loin de mes idéaux plus conformistes. Chères mamans, réfléchissez et faites attention avant de mettre ce livre entre les mains de vos filles.

Ma note : 5,5/10

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « 169 jours pour le faire »

  1. Ping: R

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s