Roman

Les Enfants perdus


Les Enfants perdus de François Hauter

329 pages, éditions du Rocher roman, à 19,90€


Résumé : Les enfants ! À quoi serions-nous prêts pour eux ?Qu’arrive-t-il lorsqu’ils disparaissent au bout du monde ou sont condamnés pour trafic de drogue ? C’est l’aventure de Stanislas, chef d’entreprise provincial enfermé dans ses habitudes, quand il apprend que son fils est recherché en Australie. Même bouleversement pour Rose, femme d’affaires cynique et puissante qui doit délivrer sa fille des terribles prisons thaïlandaises. Quant à Bienaimé, l’Haïtien, pauvre comme Job, il est prêt à se vendre comme esclave au Qatar pour sauver sa fille de la misère.Un récit initiatique dans lequel les destins de ces trois personnages qui n’auraient jamais dû se rencontrer s’entremêlent autour de ceux de leurs enfants. Les parents ne partent pas avec la même chance, mais le plus fort n’est pas celui que l’on croit.François Hauter, écrivain et journaliste franco-suisse, vit à Montreux. Il a été grand reporter et rédacteur en chef du Figaro, après avoir couvert les conflits du monde entier. Il a été correspondant en Afrique, aux États-Unis et en Chine. Il est lauréat du Prix Albert Londres et du prix Hachette pour son ouvrage Planète chinoise (Carnets Nord). Les Enfants perdus est son second roman, après Rouge glacé (Stock).

Extraits « Les gens sont intéressants quand on les rencontre pour la première fois, ensuite leurs défauts ressortent.« 

« L’arme avait créé l’homme, et non la réciproque. A travers le perfectionnement de ces armes s’était lentement écrite l’histoire de l’évolution. L’homme était un tueur né, et l’arme son génie.« 

Mon avis : On dit souvent que l’argent ne fait pas le bonheur, certes, mais il y contribue largement. C’est ce que nous prouve François Hauter dans ce roman.

Stanislas, homme d’affaire au pouvoir exubérant et à la richesse affolante, apprend que son fils Alexandre est recherché par la police en Australie. D’un autre côté, on va suivre Rose, femme d’affaire également, à la fortune débordante, qui va apprendre que sa fille Jade est en prison en Thaïlande, pour trafic de drogues et risque la peine de mort. Tous deux, leur argent sous le coude, vont partir délivrer leurs enfants de ces tourments. Pour contrebalancer ces deux figures de pouvoir et de richesse, on va également suivre Bienaimé, père de famille pauvre à Haïti. Pour améliorer la qualité de vie des siens, Bienaimé va tout faire pour trouver un travail décent, quitte à partir à l’autre bout du monde.

Très rapidement, on comprend que les deux parents très riches ont négligés leurs enfants au profit de leur travail et de leur business. Quant à Bienaimé, au contraire, il se met corps et âme au service de sa fille et de sa famille entière, pour les rendre heureux et comblés. Deux conceptions de vie qui s’opposent, deux fossés culturels, aux extrémités l’un de l’autre, qui vont faire prendre conscience aux lecteurs des divergences éducatives et familiales qui peuvent exister dans le monde. Ces trois destins vont se croiser, s’entremêler, se détacher puis s’éloigner les uns des autres.

Rose et Stanislas vont donc partir à la recherche de leurs enfants. Des recherches longues et difficiles. Durant ces laborieux jours de recherches, les deux parents ont le temps de réfléchir sur leur relation avec leur progéniture, sur l’éducation qu’ils leur ont donnés, sur la vie qu’ils mènent conjointement. Ces voyages, que l’on pourrait qualifier d’initiatique, vont leur permettre de découvrir que l’argent ne fait pas tout. Ils vont se remettre en question et se (re)découvrir une nouvelle facette.

Des mondes à part entières, bien loin de ceux que les gens dits « normaux » connaissent. Deux parents bien trop riches, qui délaissent leurs enfants. Un homme bien trop pauvre, qui part loin de sa famille pour améliorer leur qualité de vie. Ces deux schémas familiaux font prendre conscience aux lecteurs de la chance d’avoir une vie plus ou moins normale, avec des parents aimant qui nous aiment, nous entourent et prennent soin de nous.

Les Enfants perdus est un touchant récit initiatique, déchiré entre humanité et cupidité. Vous ne ressortirez pas indemne de cet ouvrage, puisqu’il pousse à la réflexion et à la découverte de soi. J’ai bien aimé.

Ma note : 7/10
Publicités

2 réflexions au sujet de « Les Enfants perdus »

  1. Ping: H

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s