Roman policier et polar

Ragots de Lapins

Ragots de Lapins de Jean-Baptiste Veber
218 pages, éditions Z4 éditions, à 15€
Résumé : Une famille dont le patronyme est « Lapins ». Une famille, un quartier qui vont être bouleversés par un fait divers sordide et énigmatique. Qui a tué Albert Lapins ? Un portrait paradoxal se dessine au travers des récits d’individus ayant connu de près ou de loin la victime. Construit comme un recueil de témoignages, Ragot de Lapins interroge et enquête sur la vérité d’un homme que personne ne connaissait vraiment.

Extraits :  « Il faut avoir la main verte avec l’homme ; l’homme, c’est comme une belle plante, alors les enfants, c’est encore plus subtil, je vous en parle pas, des roses, qui peuvent casser à tout moment… »

« Sa femme non de Dieu, qui le hait suffisamment pour s’en venir planter dans le dos… si ça donne pas une vraie idée du mal… de jusqu’où peut descendre l’humaine nature… Quand on en entend de pareilles, qu’on s’étonne plus que l’actualité ressemble à l’abattoir, la société à une plante carnivore. »

Mon avis :  Avant de débuter cette chronique, je tiens à remercier l’auteur, Jean-Baptiste Veber qui m’a gentiment envoyé son livre. Merci pour votre confiance !

L’histoire débute par un meurtre. Celui de monsieur Lapins, sauvagement poignardé devant chez lui. Sa voisine de pallier affirme que c’est la femme de monsieur Lapins qui l’aurait assassinée. Elle est donc arrêtée par la police, et leurs cinq, six, ou sept enfants – on ne sait pas trop tellement il y en a -, sont envoyés en orphelinat. Mais qui est vraiment monsieur Lapins ? Pour quelles raisons aurait-on cherché à le tuer ? A travers les témoignages de nombreux individus qui ont cotôyés cet homme, nous tâcherons de dresser le plus fidèlement possible son portrait.

On peut clairement dire que Ragots de Lapins sort des sentiers battus. Dès le début de l’histoire, on découvre le meurtre et l’identité du meurtrier. Vous l’aurez sans doute compris, on est loin d’une enquête policière classique ; on se rapprochera plus de l’enquête sociale et psychologique.

Toutes les connaissance plus ou moins lointaines de la victime vont être soumises à un exercice fort complexe : après la disparition soudaine de monsieur Lapins, tous vont devoir mettre des mots sur les sentiments qui les reliaient à cet homme. Membres de la famille, amis proches, commerçants du coin, SDF… conditions sociales différentes, rapports à l’homme différent, on découvre alors de multiples facettes de la personnalité de monsieur Lapins. Je ne vous en direz pas plus et vous laisse l’entière surprise de découvrir qui est vraiment Albert Lapins.

Concernant le style d’écriture de l’auteur, on voit clairement la prodigiosité de sa plume dans le fait qu’il arrive à changer radicalement de style, de ton, d’humeur… en même temps qu’il change de narrateur. Il modèle avec agilité la stylistique pour construire plusieurs figures narratrices totalement différentes les unes des autres. De ce fait, malgré le nombre grandissant des témoignages, le lecteur ne se retrouve pas perdu, mais arrive à resituer précisément les différentes personnes grâce à ce changement permanent d’écriture.

Sans plus attendre, plongez au coeur de cette enquête sociale débutée autour de la mort d’Albert Lapins. Tentez de déchiffrer la personnalité si mystérieuse de cet homme au nom anodin. Mais je vous préviens : la tension est ininterrompue et la chute finale étonnante.

Ma note : 7/10
Publicités

Une réflexion au sujet de « Ragots de Lapins »

  1. Ping: V

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s