Le copain de la fille du tueur

Le copain de la fille du tueur
de Vincent Villeminot,
278 pages, éditions Nathan, à 16,95€

 

Résumé : Dès qu’il la voit, Charles est bouleversé par Selma : mystérieuse, solaire, solitaire… et fille d’un célèbre narcotrafiquant. Lui, il est le fils d’un grand poète en fin de vie. Tous les deux viennent d’intégrer un internat pour « gosses de riches » au cœur des montagnes suisses. Et tous les deux vont s’autoriser à tomber amoureux, follement, malgré la mort du père de l’un, et la menace du père de l’autre…

Extrait :  « Tu dors encore. Je n’ai pas allumé en me levant, pour ne pas te réveiller. J’aurais voulu te voir dormir à la lumière du jour naissant, et ce corps que j’aime. Que j’ai aimé. Que j’apprends. Que je connais par coeur. Que je découvre. Que je couvre. »

Mon avis :  Cela fait maintenant près de deux semaines que j’ai terminé de lire ce roman. Sur le moment, je n’avais pas vraiment apprécié ma lecture. Et cela se confirme deux semaines après ; je vais avoir du mal à rédiger une critique potable, tant l’histoire s’est partiellement effacée de ma mémoire.

Charles débarque dans une nouvelle école suisse. Pensionnaire dans cette même école, il va très rapidement faire la connaissance de son voisin du dessous, Touk-E, avec qui il va se lier d’amitié. Touk-E va embarquer notre studieux Charles dans les bêtises, jusqu’à l’arrivée d’une jeune fille mystérieuse dans leur classe. Cette jeune fille, du nom de Selma, va attirer l’attention de Charles. Ils vont peu à peu se rapprocher et s’apprivoiser. Mais Selma cache un terrible secret qu’elle ne doit dévoiler à personne.

Le roman se tisse donc autour d’un trio de personnages ; Charles, le protagoniste, Touk-E et Selma. Hélas, j’ai trouvé ces trois personnages pas assez développés. Vincent Villeminot dresse des descriptions un peu tirées par les cheveux, que le lecteur à du mal à gober. Un petit plus de réalisme n’aurait pas fait de mal.

Pareil pour l’histoire, je l’ai trouvée un peu fade, sans grand intérêt. Le roman se laisse lire, certes, mais il n’apporte rien du tout ; ni rythme, ni tension, rien. A tel point que des pauses sont nécessaires pour ne pas s’endormir au cours de sa lecture.

Une histoire décousue, des personnages pas assez travaillés, pour un rendu médiocre. Dommage. Cela faisait pourtant longtemps que j’entendais vanter les talents d’auteur de Vincent Villeminot… très déçue de cette première approche d’avec l’auteur !

Ma note : 4/10
Publicités

Une réflexion sur “Le copain de la fille du tueur

  1. Pingback: V

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s