Humour·Littérature anglaise

Dans la peau de Coventry

Dans la peau de Coventry de Sue Townsend
254 pages, éditions Charleston, à 18€

 

Résumé : Coventry Dakin, femme au foyer sans histoires, décide de s’enfuir à Londres après avoir tué son voisin par accident. Là-bas, elle rencontre une galerie de personnages excentriques : le professeur Willoughby d’Eresby et sa femme Letita, Dodo, une bourgeoise relogée chez les sans-abris, etc. Toutes ces rencontres vont permettre à Coventry de changer, comme elle n’aurait jamais pu l’imaginer…

Extraits :  « Il faut d’abord que je vous dise deux choses sur moi : la première, c’est que je suis belle, la deuxième, c’est que, hier, j’ai tué un homme du nom de Gerald Fox. Dans les deux cas, il s’agit d’un accident. »
« Laissez-moi vous dire une chose, mon vieux. On ne connaît jamais vraiment l’autre. On vit joue contre joue pendant des années, et puis, un jour, on s’aperçoit qu’on ne sait rien de ce qu’il ou elle est réellement. C’est d’une banalité effrayante. »

Mon avis :  Si vous n’aimez pas (ou ne comprenez pas) l’humour britannique, passez votre chemin. Car Sue Towsend est réputée pour son absurde légendaire.

L’histoire commence in medias res : Coventry tue un homme, Gerald Fox, avec une figure Iron Man. Elle s’enfuit alors en direction de Londres, par peur de moisir en prison. Sans argent, sans papiers, sans téléphone portable, elle va devoir survivre dans cette jungle londonienne. Lors de sa fuite, Coventry fera la rencontre de personnages hauts en couleurs : un couple atypique vivant dans la crasse, avec la mère qui se plaît à vivre nue et le fils qui ne sort jamais de sa chambre – même pas pour se nourir ; une SDF sympathique qui pourtant, à un frère éminément riche et célèbre. Bref, de banale, la vie de Coventry passe à un tourbillon d’aventures et de rencontres plus étonnantes les unes que les autres.

Après La femme qui décida de passer une année au lit de la même auteure, je redécouvre son style si particulier, ses personnages si décalés, que j’avais tant apprécié dans le premier roman que j’avais lu d’elle.
C’est drôle, c’est complètement décalé, les personnages sont loufoques et fous-fous. Coventry, en particulier, est complètement extraordinaire : telle une aventurière, elle s’aventure seule dans une contrée lointaine et inconnue, délaissant tout ce qui faisait son quotidien (sa famille, ses repaires). Elle ne s’offusque de rien, elle apprécie les petits instants de la vie qui lui sont offerts durant toute sa péripétie.

Derrière l’humour de l’auteur, se cache quand même des sujets sérieux. En effet, Coventry décide de quitter son train-train quotidien pour partir vivre une aventure unique en son genre, loin de toutes ses obligations de femme et de maman. Sue Towsend fait la satire de la société moderne, en dénonçant, à travers l’humour, les travers de notre civilisation. En y regardant bien, on peut effectivement voir les critiques qu’adressent l’auteure aux hommes (machistes, violents), et à la société dans son entièreté (hypocrisie, faux-fuyants). En plus d’être divertissant, ce livre nous fait nous interroger et nous fait énormément réfléchir !

Ce livre ne peut pas plaire à tout le monde, c’est évident. L’auteure a un style d’humour très particulier, qui pourrait déconcerter, voire choquer, certaines personnes. Il faut également réussir à passer outre son ton comique pour pouvoir percevoir la satire qui est faite de la société. Pour ma part, j’ai bien aimé lire ce livre, mais sans plus. Il est clair que j’ai beaucoup plus apprécié La femme qui décida de passer une année au lit, bien plus structuré et percutant !

 

Ma note : 6/1
Publicités

Une réflexion au sujet de « Dans la peau de Coventry »

  1. Ping: T

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s