Littérature jeunesse

Wonder

Wonder de R.J. Palacio.
410 pages, éditions PKJ, à 17,90 €

 

Résumé : » Je m’appelle August.
Je ne me décrirai pas.
Quoi que vous imaginiez, c’est sans doute pire.  »

Né avec une malformation faciale, Auggie n’est jamais allé à l’école.
A présent, pour la première fois, il va être envoyé dans un vrai collège…

Pourra-t-il convaincre les élèves qu’il est comme eux, malgré tout ?

Ne jugez pas
un livre garçon
à sa couverture son apparence »

Extraits :  « J’aimerais bien que ce soit tous les jours Halloween. On porterait tous des masques. Comme ça, on pourrait prendre le temps d’apprendre à se connaître avant de dévoiler nos visages. »
« Tout le monde mérite une ovation au moins une fois dans sa vie, parce que nous triomphons tous du monde. »

Mon avis : Wonder est un livre qui a tellement fait parler de lui sur la blogosphère que je n’ai pas pu m’empêcher de me l’acheter à la première occasion que j’ai eu. La couverture était à la fois simple, mais énigmatique, et à la seule vue du résumé, j’étais émue. J’étais sûre et certaine que cette lecture allait me plaire.

Ce roman aurait pu raconter l’histoire d’un petit garçon banal, qui rentre au collège pour la première fois, qui se fait des nouveaux amis (et en même temps, des ennemis), avec une famille aimante et attentionnée qui l’entoure… Oui mais voilà, August (plus familièrement appelé Auggie), n’est pas un petit garçon comme les autres. Auggie est né avec des malformations faciales très importantes, qui déforme la totalité de son visage. Comment ce petit garçon d’à peine 10 ans pourra-t-il faire face aux moqueries des jeunes de son âge et aux regards appuyés des passants dans la rue ?

J’ai été sidérée et à la fois choquée de découvrir la morphologie d’Auggie. Sa malformation est clairement décrite, mais impossible pour ma part de me la représenter en vrai, sur le visage d’un être humain. Comme il le dit lui même dans le livre « quoi que vous imaginiez, c’est sans doute pire« … Il faut le dire, cette petite phrase provoque des frissons. Même si la représentation n’était pas complètement réaliste dans mon esprit, la douleur et la forte peine qu’éprouve Auggit quant aux regards des autres m’a touché.
J’ai compris sa terreur, ce profond mépris qu’il a concernant les passants, qui le regardent comme s’ils avaient pitié de lui. Être reluqué à longueur de journée comme étant un monstre, une bête de foire, ne doit pas être facile à vivre. De surcroît, Auggie est jeune, très jeune, et il est presque tout seul à ressentir cette horrible souffrance. Certains passages du roman m’ont encore plus chamboulés que d’autres, notamment le moment où sa jeune soeur, Via, essaie de le tenir à l’écart de sa nouvelle vie de lycéenne… on voit bien à ce moment, qu’elle a honte de son frère… mais pourtant, qu’est-ce qu’elle l’aime !

Mis à l’écart par tous, rejeté pour sa différence, il va essayer de passer outre et de se battre pour ce qu’il est réellement. Une bataille qu’il devra affronter au quotidien, et dont il est sûr de ne jamais être totalement remis. La différence est une chance, et Auggie nous l’a bien prouvé.

Avec une infinie délicatesse, R.J. Palacio nous dévoile tout en douceur les aventures et les événements de la triste vie d’Auggie.
L’un des points positifs majeurs, que j’ai beaucoup apprécié, à été les différentes parties du roman, qui sont découpées en fonction des personnages. Chaque partie, nous découvrons un nouveau personnage de l’histoire, et nous pouvons également le suivre, découvrir son avis sur l’intrigue principale, donc sur l’histoire d’Auggie. Une très bonne idée, qui m’a charmé.

Mais il n’y a pas que ça qui m’a charmé. Ce roman a réussi à m’émouvoir. J’ai compatis à la douleur d’Auggie, aux craintes des parents, aux soutiens des amis, à la pitié des gens… Même si le monde ne changera pas de sitôt, ce livre est un regain d’optimisme, et en même temps, un poids accusateur contre tous.
L’auteure nous montre à quel point notre égoïsme et notre curiosité peuvent causer du mal aux autres. La solidarité est l’une des meilleures qualités qu’il puisse exister sur Terre. Malheureusement, elle se raréfie au fil des ans…

Pour conclure, je dirais que je ne serais pas surprise de retrouver un jour ce livre adapté au cinéma. Il est tellement émouvant, original et hors du commun, qu’à tous les coups, il ferait pleurer toutes les personnes qui iraient le voir.

 

Ma note : 9/10
Publicités

Une réflexion au sujet de « Wonder »

  1. Ping: P

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s