Biographie

Weidmann, le tueur aux yeux de velours

Weidmann, le tueur aux yeux de velours
de Philippe Randa
234 pages, éditions French Pulp, à 18,99€

 

Résumé : Eugène a un charme fou, des yeux de velours et une étrange maladie : pour de maigres sommes, il tue et dépouille ceux qui ont le malheur de croiser son chemin. Meurtrier sans émotion, uniquement attiré par l’appât du gain ? Ou agent nazi, envoyé en France pour d’obscures raisons politiques ? Alors que l’Europe s’apprête à s’embraser, le destin de cet assassin singulier va cristalliser les tensions et donner lieu à d’innombrables fantasmes… au point qu’aujourd’hui encore la vie de celui qui fut le dernier guillotiné en place publique continue de susciter les passions.

Extraits :  « Le changement d’attitude est tel que le juge Berry est de nouveau désarçonné. D’évidence, Weidmann ne simule pas son chagrin. Lui qui a tué avec un terrible sang-froid une demi-douzaine de personnes s’effondre à la pensée du chagrin qu’il fait à sa mère. »

« Une vérité se fonde sur la coïncidence de plusieurs témoignages ; un mensonge, lui, n’est jamais dit que par une seule personne. Même si deux suspects se sont mis d’accord sur une version celle-ci peut être facilement démontée lors d’un troisième interrogatoire. »

Mon avis :  Eugène Weidmann, surnommé le tueur aux yeux de velours. Son nom ne vous dira peut-être rien, mais pour la justice française, il représente beaucoup. Puisque que Eugène Weidmann est le dernier guillotiné en place publique en France, en 1939.

En septembre dernier, j’ai eu l’opportunité de participer à une conférence sur Détective, l’hebdomadaire français traitant des petits faits divers ou des affaires criminelles plus importantes. Il va sans dire que ce journal a largement traité et abusé de l’affaire Weidmann, une affaire à scandales, pour vendre du papier en grand nombre. Cette conférence donc, traitant en grande partie de Weidmann, m’a fortement intriguée et m’a donnée envie d’en apprendre davantage sur ce tueur si mystérieux.

Mais qui est ce Weidmann, au nom si connu, mais à la figure si mystérieuse ? Weidmann, c’est un jeune homme d’une trentaine d’années, accusé d’avoir tué six personnes pour leur soustraire quelques petites sommes d’argent. Mais, au-delà de ses crimes, c’est son personnage entier qui fascine. Weidmann est mystérieux, angoissant, insondable et totalement indifférent aux crimes et à la peine qu’il encourt. Un monstre, presque inhumain, qui ne recule devant rien, si ce n’est devant sa mère.

Comme le souligne à maintes reprises Philippe Randa, il y a toujours eu beaucoup de mystères (et il y en a encore beaucoup aujourd’hui), autour des réels mobiles et agissements qui ont poussés Weidmann à de tels actes. Dans ce contexte de Guerre Mondiale, nombreux sont ceux qui ont évoqués la possible infiltration nazie (car Weidmann était un allemand réfugié en France). Mais rien n’a jamais été certifié, car Weidmann a été guillotiné.

Là s’impose un petit point historique : la guillotine a fonctionné la première fois en France vers le milieu du XVIIIème siècle (vers 1763) et la dernière fois en 1977 à la prison des Baumettes, puisqu’en 1981, la peine de mort est définitivement abolie. Quant à Weidmann, c’est le dernier homme a avoir été guillotiné en place publique, où tout un tas de spectateurs avaient le droit d’assister à l’exécution. Comme l’affaire Weidmann était fortement médiatisée, l’exécution a dégénérée : certains journalistes ont réussis à se trouver des places de rois en hauteur et ont peut filmer aisément toute la scène de l’exécution (pour les plus curieux, la vidéo se trouve sur Youtube) ; des femmes ont chantées et bues du champagne suite à la mort de l’homme. Un spectacle macabre qui mènera à une interdiction d’exécution publique.

J’ai trouvé très intéressant ce roman-documentaire. Philippe Randa reprend avec exactitude les grands traits biographiques de la vie de Weidmann (les noms évoqués restent inchangés, tout comme les crimes ou les lieux), tout en y ajoutant une part romancée, pour rendre plus dynamique et vivante la lecture de l’ouvrage. Un grand bravo pour ce magnifique travail de recherche accompli !

Ma note : 8/10
Publicités

Une réflexion au sujet de « Weidmann, le tueur aux yeux de velours »

  1. Ping: R

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s