Littérature jeunesse·Saga

Geek girl, tome 1

Geek girl, tome 1 d’Holly Smale
400 pages, éditions Nathan, à 15,90€

 

Résumé :Elle sait qu’un chat a trente deux muscles par oreille, qu’un « rien de temps » dure un centième de seconde et qu’une personne normale rit quinze fois par jour. Mais elle n’est pas sûre de savoir pourquoi personne ne semble vraiment l’apprécier à l’école. Aussi, lorsqu’elle est repérée par un agent de top modèles, Harriet saisit cette chance de se réinventer. Même si cela signifie voler le rêve de sa meilleur amie, s’exposer à la rage de son ennemie jurée Alexa, et s’humilier régulièrement aux yeux du terriblement magnifique Nick, top modèle de classe internationale. Même si cela veut dire également mentir aux personnes qu’elle aime…
Alors qu’Harriet vogue d’un désastre de haute couture à l’autre avec l’aide de son père ultra enthousiaste et de son stalker super-geek, Toby, elle commence à réaliser que le monde de la mode ne semble pas l’apprécier plus que le monde réel.
Et lorsque son ancienne vie part en morceaux, une question se pose: Harriet arrivera-t-elle à se métamorphoser avant d’avoir tout gâché?

Extraits : « C’est la première et la seule règle : la magie arrive quand on ne la cherche pas »
« Les gens qui planifient minutieusement les choses ne sont pas particulièrement connectés avec la réalité. Ils en ont l’air, mais c’est faux : au contraire, ils s’emploient à la découper en mini-portions pour ne pas avoir à contempler le tableau général. »

Mon avis : Intriguée par le titre accrocheur, tentée par le résumé et charmée par la couverture, je me suis lancée dans l’aventure Geek Girl sans soupçonner une seule seconde ce que j’allais y découvrir.

Ma première surprise est survenue lors de la découverte de la définition qu’Holly Smale a attribuée au mot « geek ». Très loin des clichés de notre société française moderne, des garçons accros aux jeux-vidéos, ordinateurs ou invention électronique quelconque, l’auteure choisie de présenter une jeune fille intelligente, voire surdouée, aliénée de la société, différente des autres adolescents de son âge, désireuse d’apprendre et de compléter son intellect déjà avancé. Cette double signification du geek m’a embrouillée au début ; Holly Smale a-t-elle voulue revisiter à sa façon ce mythe du geek ? En flânant sur internet, je suis tombée sur l’éclaircissement de ce mystère, et découvert la réelle définition de ce mot « personne très pointue dans un domaine précis », « trop cérébral », pouvant donc s’appliquer à tout type d’environnement.

Bien que dotée d’un esprit très brillant, la jeune héroïne, comme la plupart des adolescentes de son âge, en est encore à se chercher, se découvrir, à parfaire son identité. Très méthodique, cette jeune fille ne dévoile pas directement ses sentiments ; seule affirmation possible, elle aime sa meilleure amie, surnommée Pire Pote, son père et sa belle-mère, et ne pleure pas la mort prématurée de sa mère à sa naissance. L’espion Toby, geek lui aussi, l’ennuie, tandis qu’Alexa est présentée comme sa pire ennemie.

Une vie plutôt banale et studieuse, qui va prendre un tournant décisif et spectaculaire dans un endroit improbable ; sous une table, à la Mode Expo, accompagné d’un parfait inconnu, Nick, à la plastique parfaite. Peu flattée, encore moins complimentée pour sa beauté, cette jeune geek va voir sa beauté mise en avant, sans préambule ni avertissement. Projetée sur les devants de la scène, elle est repérée par Wilbur, un étrange homme, singulier et original, qui la présente à l’une des stars du milieu de la mode. Harriet Manners, notre héroïne, va signer son premier contrat de mannequinat, alors même qu’elle exècre la mode. Etrange, me direz-vous.
En acceptant cette proposition impromptue, Harriet voulait transformer sa vie, changer la vision des autres sur elle, devenir une autre personne, plus ouverte, plus jolie… normale, sommes toutes.

Un rythme soutenu, voire rapide dans certains tableaux. Le temps semble envolé, impossible de distinguer l’espace spatio-temporel de l’histoire, tout s’enchaîne à une vitesse folle, comme illusoire. Bienvenue dans le monde de la gloire, de la célébrité, des strass et paillettes de ce milieu très privé mais prisé.

Comme plongée dans un conte de fée, en plein milieu d’un rêve éveillé, la protagoniste va rapidement réaliser que la vie de star, de podium, défilés et shootings ne coïncide strictement pas avec son existence d’étudiante.
Ce milieu mondain, bourgeois et chichiteux, va lui attirer des ennuis, de tristes mésaventures qui la fera s’éloigner des gens qu’elle aime le plus au monde. Les inconvénients sont plus nombreux que les avantages, et propulse la jeune fille entre deux chaises instables, dans une indécision totale. Que choisir entre l’amitié et l’amour sincère, une vie bien rangée, paisible et simple et un monde guindé, étoilé et brillant de voyages et rencontres fabuleuses ? Vu sous cet angle, le choix parait assez simple. Remis dans un contexte plus approprié, il l’est sensiblement moins.

Un roman frais et léger, une quête d’identité personnelle et de transformation d’apparence, parfaitement adapté aux adolescents et autres jeunes enfants. Saupoudré d’une dose d’humour subtile et girly, Geek Girl se lit d’une traite, sans ennuie ni lassitude.

Ma note : 7/10
Publicités

Une réflexion au sujet de « Geek girl, tome 1 »

  1. Ping: S

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s