Littérature française·Roman

Vous êtes nés à la bonne époque

Vous êtes nés à la bonne époque de Matthieu Jung
212 pages, éditions Le Livre de Poche, à 6,60€

 

Résumé : Malgré sa réussite professionnelle, Nathalie Dumont, une quarantenaire parisienne, traverse une grave crise dans son existence. Sa grande fille s’est exilée en Californie, et elle vient de rompre avec Alain qui partageait sa vie depuis six ans. Lors d’un vernissage, elle rencontre Arno, un jeune artiste de 20 ans qui ne tarde pas à devenir son amant.

Extraits : « Vous saurez que vous êtes guérie quand vous n’aurez plus envie de vous venger. »
« T’as pas remarqué ? Quand tu désires trop un truc, il t’arrive jamais et quand tu veux absolument éviter quelque chose, ça te tombe dessus. »

Mon avis : Ne vous laissez pas avoir par la simplicité du résumé, qui présuppose une histoire banale de femme désirant avoir un second enfant coûte que coûte avant l’aurore de la vieillesse. Loin des épanchements larmoyants et des effusions de sentiments, Matthieu Jung écrit avec habilité et dextérité un roman-débat sur la société de notre époque, avec comme substance de fond, un côté philosophique très apprécié.

La protagoniste d’une quarantaine d’années n’apporte rien de particulier au lecteur, elle est plutôt montrée comme exemple, tel le témoignage d’une femme désirant obstinément féconder de nouveau. Tous les moyens sont bons pour y arriver, mais avant d’y penser, il faudrait déjà trouver mâle à son pied. Chose aisée dans cette société vieillissante et plus regardante, qui donnera du fil à retordre à Nathalie.

Mais lorsqu’elle rencontre Arno, son cadet d’une vingtaine d’années, c’est le coup de foudre immédiat… mais pas n’importe quel coup de foudre… ce pseudo-amour entre ces deux personnages que tout oppose, se veut voilé et ambigu, avec une très grande marque de pudeur, qui rajoute au charme de leur idylle.

Malheureusement, le monde extérieur et l’apparence physique et psychique comptent énormément (pour ne pas dire primordialement) dans notre société du XXIème siècle. Face au regard des autres et aux commentaires murmurés sur leurs abords, ils vont devoir faire face ensemble pour vivre pleinement leur nouvelle vie.

Ce qui est bien avec ce roman de Matthieu Jung, c’est qu’il s’interroge sur un tas de points divergents et diamétralement opposées les uns des autres, avec comme seul point de repère, la société actuelle.

De cette façon, il n’hésitera pas à commenter la place réduite de l’art artistique dans le monde d’aujourd’hui, les loisirs malencontreux que tout un chacun vit quotidiennement, et les sujets de conversations puérils que nous engageons avec force d’intérêts. Il va également s’interroger sur les obligations contraignantes que subissent (volontairement ou non) les couples, de quelque nature qu’ils soient, et s’attaquera même à la place de l’homosexualité dans cette société artificielle. Bien évidemment, le thème principal étant le désir de féconder un second enfant, il s’attardera plus longuement sur cet aspect-là, en développant plusieurs hypothèses très réfléchies.

Cet ouvrage recèle de nombreux sujets, qui ont tendance à prendre le dessus sur l’histoire originelle. De ce fait, elle en devient fade et creuse, tandis que la réflexion se déploie plus largement sur les sujets secondaires qui arrondissent les bords du texte. Loin de là le désintéressement pour cette lecture, bien au contraire, mais si l’histoire aurait été plus façonnée et aboutie, j’aurais alors pris un plus grand plaisir à la découvrir. D’autant que les sujets dont Matthieu Jung ouvre la voie du débat ne sont pas entièrement étendus, ne répondent qu’approximativement aux questions posées, et surtout n’ont pas de réels but ni fin. Voulait-il nous apprendre à réfléchir plus librement ? nous transmettre des messages sociétales du danger monstrueux du devenir de notre société ? ou simplement créer un commencement de débat pour que l’on s’épanche plus libéralement sur la question ?

Néanmoins, l’histoire en elle-même (du moins, le peu qu’il en reste) est touchante, et s’apparente à un rêve idyllique d’adolescents en mal d’amour, prêt à tout pour tenter de reconquérir de nouveau. La fin est également très surprenante ; seule rebondissement du livre, je l’ai relu une seconde fois pour m’imprégner pleinement de ce moment exquis.

Vous êtes nés à la bonne époque est une lecture complexe, tirant beaucoup sur l’aspect philosophique, qui mériterait une seconde relecture pour comprendre toutes les petites allusions que l’auteur glisse de-ci de-là dans ses passages. Le message qu’il porte est très clair, mais l’histoire manque de structure solide. Un bon roman pour en apprendre plus sur notre société basée sur l’apparence (ou du moins, pour poser des mots sur celle-ci), mais sur lequel il faudra faire preuve d’une grande attention, de part l’égarement presque systématique de notre pensée suite à la lecture de ses lignes.

 

Ma note : 7/10
Publicités

Une réflexion au sujet de « Vous êtes nés à la bonne époque »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s