Une maison de poupée

Une maisin de poupée de Ibsen
153 pages, éditions Le Livre de Poche, à 4,10€

Résumé : D’abord jolie poupée cajolée et préservée au beau temps de son enfance, Nora est devenue l’adorable petit merle chanteur toujours gai aux yeux d’Helmer, son mari. En effet, elle danse, rit et chante, et emplit sa maison d’une joie enfantine. Pourtant, au-delà de la charmante frivolité toute féminine propre à séduire son mari, se dessine un caractère volontaire, une femme disposée aux plus grands sacrifices par amour. Davantage sensible aux inflexions du coeur qu’aux discours raisonnables, Nora poursuit le fol espoir d’une idylle réciproque capable de transcender les conventions sociales et l’ordre établi. Mais, dans la Norvège des années 1870, où l’on se doit d’être épouse et mère avant d’être femme, de telles aspirations paraissent de vaines promesses. Qu’importe si la faute de Nora fut commise par amour, Helmer ne peut lui pardonner l’opprobre qui désormais menace la famille. Nora qui attendait fébrile qu’advienne le « prodige », fuira sereine et pour son propre salut, ce qui ne lui ressemble plus. –Lenaïc Gravis et Jocelyn Blériot

Extraits :  « NORA. Ne me regarde pas comme cela, Torvald !
HELMER. Pourquoi est-ce que je ne regarderais pas mon bien le plus précieux ? Toute cette splendeur qui m’appartient, à moi seul, et sans réserve ?
 »
« NORA. Oui, voyez-vous, il y a les personnes qu’on aime le plus, et celles dont on préfère presque la compagnie.« 

Mon avis :  Rares sont les livres norvégiens que je lis. Alors, du théâtre norvégien, imaginez-vous : je ne vais pas en croiser beaucoup durant ma vie. Mais là, j’étais dans l’obligation de le faire : Une maison de poupée figurait dans la liste des livres à lire obligatoirement pour mon quatrième semestre. Bon.

Dans les années 1870, la société imposait des règles genrées implicites dans chaque foyer. L’homme devait contrôler la maison et subvenir aux besoins de sa famille, tandis que la femme devait prendre soin de sa famille et bien s’occuper du foyer. Le couple que forme Torvald et Nora s’échappe pas à la règle. Mais voilà, Nora a enfreint cette règle dans le dos de son mari. En effet, Torvald étant malade, Nora s’est débrouillée pour pouvoir le soigner au mieux. Mais cette guérison imposait à Nora de mentir à son mari.

Une maison de poupée, c’est un drame bourgeois réaliste, dans lequel Ibsen représente des clichés genré au sein d’un couple hiérarchisé. Nora et Torvald n’affichent pas les mêmes valeurs : tandis que l’une ne pense qu’à la santé de son époux, l’autre pense à la représentation sociale que lui donne son pouvoir économique. Il y a donc une rupture au sein du couple, qui, d’un point de vue psychologique, ne se comprennent pas.

Nora fait figure de femme-enfant, de petit animal, emplie de naïveté. On ne compte plus les fois où Torvald l’appelle d’un nom grotesque, comme s’il qualifiait un animal domestique, voire pis. Les deux personnages tiennent leur rôle avec perfection, chacun muré dans les clichés de genres que la société attend d’eux. Torvald est vraiment un personnage insupportable, englué dans ses stéréotypes sur les femmes, il n’arrive pas à poser un regard objectif sur Nora, qu’il considère comme une moins que rien.

Le lecteur s’aperçoit très vite que les bases de ce couple reposent sur l’argent. C’est en effet l’argent qui contrôle toute la maisonnée. Dès le début du livre, Torvald nous apprend qu’il a été promu directeur de la banque et que donc, son salaire va augmenter. Soit. Nora, quant à elle, fait des achats en comptant le prix, pour tenter de faire des économies dans le but de rembourser ses dettes. C’est l’argent même qui donne une place sociale au couple. Tout tourne autour de l’argent.

Mais tout tourne aussi autour du mensonge. Nora joue un double jeu face à Torvald. Elle se montre frivole, légère, naïve et dépensière, alors que dans la réalité, c’est une femme forte, qui essaie tant bien que mal de rembourser les dettes accumulées dans le dos de son mari. Bien évidemment, le mensonge de Nora sert au bonheur collectif ; loin de vouloir le tromper, elle ne voulait que le protéger.

Puis, peu à peu, Nora va tenter de s’affirmer et d’obtenir une parole réelle dans le couple. Elle va vouloir se faire entendre et, de ce fait, va faire tomber son masque de femme idéale pour nous faire découvrir la vraie Nora. Sans vouloir vous dévoiler la fin de ce livre, je voudrais juste dire que j’éprouve une grande admiration face au personnage de Nora. Cette petite jeune femme, qui semble toute chétive, va aller contre les conventions de l’époque, dans l’espoir de faire ouvrir les yeux à son mari. Il faut du culot et beaucoup d’audace pour accomplir un tel geste. De ce fait, je pense que Nora mérite le titre d’héroïne !

Grâce à une écriture moderne et à des thèmes encore d’actualité – la place de la femme dans la société et dans le couple, l’argent, le mensonge -, Ibsen fait de son oeuvre une pièce de théâtre intemporelle. Toutes les femmes devraient l’adorer – les hommes aussi, mais d’une autre manière. Ravie de cette lecture !

Ma note : 6,5/10

Publicités

2 réflexions sur “Une maison de poupée

  1. Pingback: Tag 100% féminin

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s