Fantastique·Non classé·Thriller

Regard oblique

Regard oblique de Dean Koontz.
817 pages, éditions Pocket

 

Résumé : Junior Cain vient de pousser sa jeune femme Naomi du haut de la tour. Il regarde à présent le corps désarticulé en contrebas sur les rochers et il se dit qu’il a aimé ça. Aujourd’hui, Junior Cain s’est découvert une vocation. Le même jour, à quelques milliers de kilomètres, en Californie, un enfant est né. Il s’appelle Bartholomé. Un enfant surdoué qui croisera un jour le chemin du tueur, Junior Cain en a le pressentiment. Il ne peut l’expliquer mais il sait son destin lié à cet être. Il doit le retrouver et le supprimer. Et rien ni personne ne pourra stopper sa course meurtrière.

Extraits : « Une mère est toujours persuadée que son bébé est le plus beau du monde. Elle en gardera toute sa vie la conviction inébranlable, dût-elle subir pour cela tous les démentis et toutes les déceptions. »
« Nous sommes les acteurs de notre propre vie, pour le meilleur et pour le pire. Nous sommes les auteurs de notre avenir. »

Mon avis : Tout d’abord effrayée par le nombre incalculable de pages que contient ce roman, j’ai pris sur moi, et je me suis enfin décidé à le débuter.

Comme dans chaque thriller (ou presque), c’est dans les premiers chapitres que se déroulent les éléments déclencheurs de l’intrigue principale. Regard oblique n’y loupe pas, et en seulement quelques pages, plusieurs morts certaines suspectes, et d’autres moins, nous sont décrites. Le lecteur est de ce fait complètement plongé dans l’ambiance glauque et obscur du livre, et sait déjà à quoi s’attendre pour la suite. Un départ en fanfare, qui va nous envoyer dans le flou total, et nous plonger dans bien des mystères insondables.

Dans ce thriller, durant toute la première moitié du livre, les chapitres regroupent chacun des personnages différents, qui ont tous subis quelque chose d’assez exceptionnel en peu de temps, mais qui ne se connaissent pas outre mesure. Aucun lien ne les relie, rien ne coïncide entre eux, hormis leur souffrance mutuelle.
Petit à petit, les personnages commencent à s’ouvrir à nous, et leur personnalité transparaît plus clairement. Tous très différents, ils vont savoir apporter leur propre dose de caractère au récit. Tantôt touchant, exaspérant, époustouflant, ou encore émouvant, ces personnages vont arriver à transporter le lecteur aux limites de ses émotions.

Mais tout ça ne serait pas arrivé si le talentueux Dean Koontz (que je ne connaissais nullement, mais que j’ai appris à apprécier à travers ce roman), n’aurait pas apporter sa touche personnelle de suspense. L’auteur sait tenir le lecteur en haleine, le trimbaler d’un bout à l’autre de son imagination, lui faire peur et le surprendre quand bon lui semble. Grâce à ses longues descriptions minutieuses, réalistes et imposantes, il reconstitue clairement les différentes scènes d’action, et fait dans un même temps languir d’impatience le lecteur. Il joue avec nos nerfs… pour notre plus grand plaisir !

La tension qui se dégage de ce thriller est sensible et perceptible à chaque page. L’intrigue mise en place par l’auteur est très originale, et imprévisible. Le tueur, bien qu’antipathique comme tous les tueurs de thriller, tue pour le plaisir, se drogue de loisirs aussi incongrus qu’étranges, et pense que ses gestes morbides sont justes, bon, et justifiés. Autant dire que ce personnage manque cruellement de discernement. La raison qui a amené notre tueur Junior a débuter sa série de crimes n’est pas vraiment explicitée, hormis les répétitives références à des livres d’un certain Caesar Zedd, qui sont, selon lui, des livres de références, qui guident sa vie et ses faits et gestes.

Même à la fin du livre, peu avant le dénouement, les liens qui unissaient les différents protagonistes (et donc les différentes histoires), étaient assez louches. J’étais dans le flou complet, incapable de comprendre les réelles ficelles qui rattachaient tous ses personnages si singuliers.
Un autre mystère qui a été, à mes yeux, seulement à moitié résolu, à été l’étrange quête de Junior concernant un certain Bartholomé. Dès le début, je n’ai pas compris la raison de cette recherche, et au fil des pages, l’auteur délaisse ce mystère, et se recentre sur un autre, qu’il doit juger plus important. Le fait que Bartholomé soit l’un des apôtres qui penche le plus du côté du Mal ne résout en rien les multiples questions que je me pose concernant les recherches de Junior… Encore une énigme qui n’est que partiellement résolue !

Mais ce roman n’est pas qu’un simple thriller noir pleins de cadavres sur les bras et de tueur psychopathe. Dean Koontz a rajouté (je ne sais pour quelle raison), une touche de fantastique à son récit. Tout au long de l’histoire, des événements surnaturels se produisent, certes minimes, mais qui bousculent le sens de l’histoire. A un moment donné, un personnage se lance même dans une description détaillé d’un autre monde, lié au notre, tel un physicien voulant convaincre un bien grand philosophe. De quoi surprendre grandement le lecteur ! Mais le chose qui m’a le plus déçu dans ce côté fantastique qu’a choisit d’aborder l’auteur, ça a été la « disparition » du tueur. Je ne voudrais pas trop en dire pour ceux qui liraient cet avis et risqueraient de connaître la fin avant d’avoir commencé à lire le livre, mais ce dénouement m’a terriblement déçue. L’auteur a basculé du côté facile et bâclé, comme s’il n’avait plus aucune idée pour conclure ce récit, et avait choisi la facilité plutôt qu’autre chose. Quelle déception !

Néanmoins, ce livre se laisse lire, il est agréable, simple, les personnages sont attachants et certains sont même originaux et inoubliables. Même si cette histoire ne restera sans doute pas très longtemps dans mon esprit, j’ai passé un agréable moment dans les affres de ce tueur sans coeur.

 

Ma note : 6/10
Publicités

Une réflexion au sujet de « Regard oblique »

  1. Ping: K

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s