Meuh !

Meuh ! de François Morel
141 pages, éditions Folio

 

Résumé : Imaginez : hier encore, vous meniez la vie heureuse et insouciante d’un adolescent comme les autres, préoccupé essentiellement par les filles, l’acné et la mobylette. Et un beau matin, vous vous réveillez dans la peau d’une vache, d’une grosse vache de huit cents kilos. Cette singulière expérience, c’est celle que Philippe Bonneval a vécue. Lui, l’orgueil de sa famille, le fils unique du plus beau magasin de confection de Rochebrune, passe aujourd’hui ses journées vautré dans l’herbe à regarder passer les TGV en dodelinant doucement de la tête. Dans ce document bouleversant, il nous livre avec un courage et une dignité exemplaires les grands moments de sa vie de vache : sa première nuit de Noël à l’étable, sa rencontre avec Libertado, le fier taureau de Bilbao, et la naissance de Toto, leur adorable petit veau.

Extraits :  « Je cherche seulement à dire ici avec le plus de simplicité, le plus d’honnêteté possible comment je suis devenu une vache. »

« – On peut ressentir de la pitié, de l’apitoiement pour la vache. De la commisération, pourquoi pas. On peut être attendri, ému par une vache. On ne peut avoir de l’admiration pour la vache.
– On peut, fis-je, laconique.
 »

Mon avis :  Un grand merci au site Livraddict et aux éditions Folio pour cette surprenante découverte littéraire.

Ce livre est un petit ovni humoristique, unique en son genre. L’histoire est simple et peut se résumer en quelques mots seulement : Philippe Bonneval, jeune adolescent comme tant d’autres, se transforme progressivement en vache, et devient Blanchette.

L’humour de François Morel est un type d’humour vraiment spécifique. Un humour décalé, laconique, sans vraiment de sens, qui s’apparente à de l’absurde. J’admets que chaque lecteur ne sera pas sensible aux types de blagues écrites. Trop perchées, trop bizarres, dira-t-on. Quant à moi, eh bien sachez que j’adore le bizarre. J’ai donc adoré découvrir ce récit. J’ai ri à de multiples reprises – et j’ai tenté de faire rire mon entourage, en leur lisant des passages qui m’avaient particulièrement tordus. Même s’ils n’étaient pas tellement réceptifs à ce que leur racontait, j’ai au moins eu le mérite de tenter !

Ce qui est bien avec ce genre de récit-ovni, c’est que chacun peu s’en faire sa propre interprétation. Ici, François Morel décrit à de multiples reprises les conditions de vie animale – certes humoristiques, mais qui n’en demeurent pas moins réalistes. Certains y verraient là une remise en question de leurs conditions de vie ; d’autres pourraient déceler dans ce récit un plaidoyer en faveur du végétarisme ; d’autres encore ne pourraient y voir qu’un récit purement humoristique et loufoque.

Meuh ! c’est vraiment un livre à part entière, comme je n’en ai jamais lu auparavant. Parmi ce champ d’éloges, je voulais faire une petite mention particulière à Christine Patry, qui a réalisée quelques gravures qui accompagnent notre lecture. Des gravures joliment réalisées, qui ajoutent une touche supplémentaire d’originalité à l’ouvrage.

En somme, j’ai beaucoup aimé ce livre. Il raconte une histoire simple, brute, qui ne casse pas trois pattes à un canard, mais qui fait du bien. J’ai si bien adhéré à l’humour de François Morel, que cela m’a donné envie de visionner des films dans lesquels il a tourné, et de lire d’autres ouvrages qu’il a écrit.

Ma note : 7,5/10
Publicités

2 réflexions sur “Meuh !

  1. Pingback: M

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s