Fantastique·Littérature belge·Roman épistolaire

Le Passage des éphémères

Le Passage des éphémères
de Jacqueline Harpman
281 pages, éditions Le Livre de Poche, à 6€

 

Résumé : «Et puis, les mortels me font tellement pitié! Leur vie est si courte et leur ambition si grande que chacun aurait besoin de plusieurs siècles pour la réaliser… Ils ont à peine le temps d’étudier une maigre partie du savoir humain que déjà la retraite les guette, ils regardent la mort qui arrive, ils écrivent leur testament et se nourrissent de médicaments. Moi, j’ai le temps.»
Qui n’a pas rêvé d’immortalité? Adèle Salazine a eu seize ans au seizième siècle. Depuis, pâle et blonde, elle n’a pas changé.
Prostituée, fausse vierge, érudite, astrophysicienne, toujours en fuite, elle a vécu toutes les vies. Et si elle n’en voulait qu’une?
Ce roman épistolaire, «liaisons dangereuses» des Éphémères et des Immortels, fable contemporaine et féminine, traité sur la vanité de notre résistance au temps, nous fait voir drôlement nos propres vices, notre horreur de vieillir, notre place si précaire sous les étoiles.
Extraits :  « Depuis que j’avais cessé d’être effrayée par mon opiniâtre jeunesse, je ressentais la plus grande compassion pour le chagrin des femmes qui regardent leur beauté s’envoler. »
« Delphine et Werner qui sont amants depuis quarante ans ne se marient pas, Clarisse et Johann qui ont le ferme propos de ne jamais coucher ensemble se marient. Les Mortels sont bien étranges.« 

Mon avis :  Cela fait maintenant plusieurs mois que j’ai fermé la dernière page de ce livre. Je vais tenter tant bien que mal de vous en faire une brève critique – même si certains éléments ont, depuis, totalement disparus de mon esprit.

Le passage des éphémères, c’est une correspondance épistolaire entre plusieurs personnages, notamment entre Clarisse et Johann, astrophysiciens et Delphine et Werner, ex-astrophysicien, qui suivent de loin les travaux de leurs deux poulains. Toutes leurs lettres s’entrecroisent, parlant de sujets totalement variés – leur boulot, leur vie… A tout ce beau monde s’ajoute Adèle, jeune fille qui a vécue au XVIème siècle (oui, vous en rêvez pas !) et qui vit encore aujourd’hui, sorte d’ange immortelle qui suit des yeux l’existence des êtres humains.

La science-fiction s’incorpore dans ce récit contemporain, ajoutant une touche de merveilleux fabuleux au livre.
Un récit qui, en plus, se dote d’allusions plus ou moins explicites à des ouvrages antérieurs – dans la forme et la structure, vous pourrez y voir Les liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos ; d’autres éléments plus infimes rendent hommages au personnage de Harry Potter…

Jacqueline Harpman nous questionne sur la nature humaine, le pourquoi des sentiments, le pourquoi de la vie terrestre. Un personnage masculin est homosexuel. Un autre personnage, féminin, cette fois-ci, ne veut pas avoir de relations sexuelles. Les deux décident de se marier, à la surprise la plus totale. Quelle importance ?
En fin de compte, ce roman est vraiment tourné vers l’être humain, il est également assez spirituel, et donne à réfléchir. Adèle, la jeune fille immortelle, regarde de haut les humains et commente leurs comportements et leurs décisions. Le passage des éphémères, de part son titre très poétique, nous montre le passage sur terre des êtres humains, qui naissent, vivent et disparaissent. Les choses réalisées dans ce laps de temps. Les choix effectués. La briéveté du temps.

Un récit sympathique à lire, original de part sa forme et la thématique. Une plume totalement maîtrisée, mais qui ne m’a pas totalement satisfaite. Ce livre aura quand même eu le mérite de me faire rêver de l’immortalité de l’existence…

 

Ma note : 5,5/10
Publicités

Une réflexion au sujet de « Le Passage des éphémères »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s