Dystopie·Science-fiction

Le meilleur des mondes

Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley.
284 pages, éditions Folio Poche

 

Résumé : Défi, réquisitoire, utopie, ce livre mondialement célèbre, chef-d’œuvre de la littérature d’anticipation, a fait d’Aldous Huxley l’un des témoins les plus lucides de notre temps. Aujourd’hui, devait écrire l’auteur près de vingt ans après la parution de son livre, il semble pratiquement possible que cette horreur s’abatte sur nous dans le délai d’un siècle. Du moins, si nous nous abstenons d’ici là de nous faire sauter en miettes… Nous n’avons le choix qu’entre deux solutions : ou bien un certain nombre de totalitarismes nationaux, militarisés, ayant comme racine la terreur de la bombe atomique, et comme conséquence la destruction de la civilisation (ou, si la guerre est limitée, la perpétuation du militarisme) ; ou bien un seul totalitarisme supranational, suscité par le chaos social résultant du progrès technologique.

Extraits : « Il définissait la philosophie comme l’art de trouver une mauvaise raison à ce que l’on croit d’instinct. »
« Les mots peuvent ressembler aux rayons X : si l’on s’en sert convenablement, ils transpercent n’importe quoi. »
« Un homme peut prodiguer les sourires et n’être qu’un scélérat.« 

Mon avis :  Le Meilleur des mondes ou, devrais-je dire, le pire des mondes ! Après avoir fini ma lecture de 1984, j’attaquai avec empressement celle d’Aldous Huxley. Deux dystopies complètement différentes, mais avec certains points communs. J’ai lu très rapidement ce livre, il est absorbant, captivant, mais certains passages restent un peu flous pour moi… J’ai adoré le côté odieux, répugnant, le côté robot des hommes et leur servitude volontaire aux tâches demandées, ça change et donne du piment au livre : je me croyais réellement dans une usine à fabriquer des enfants, par des machines.
Certains personnages sont laissés à l’abandon au milieu du livre : on en parle, puis, ils disparaissent, on ne sait pas très bien où ils sont passés, néanmoins, ils ne réapparaissent pas… c’est bien dommage, j’aurais voulue m’immiscer dans leur vie, connaître le chemin qu’ils allaient parcourir… Après avoir lu ce livre, on voit notre société d’un autre oeil, on se pose différentes questions, on imagine aussi certaines inventions citées dans le livre qui seront, sans doute, dans notre monde réel d’ici quelques centaines d’années… Très bon livre, j’ai bien aimé les citations de William Shakespeare disséminées un peu partout dans le livre. J’ai été un peu déçue par la fin, je m’attendais à quelque chose qui choque réellement le lecteur, un dénouement qui aurait pu encré dans la tête de celui-ci la réelle utilité du livre et de la dystopie en général.

 

Ma note : 8/10
Publicités

Une réflexion au sujet de « Le meilleur des mondes »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s