Le crime de la renarde

Le crime de la renarde de Michelle Lajoux.
145 pages, éditions Le Cherche Midi à 13,49€

 

Résumé : « À certains moments, je redeviens comme quand j’étais enfant, je ne sais plus que je suis là, c’est ensuite comme un trou dans ma vie. À l’école, je le faisais exprès. On me disait que j’étais toujours dans la lune. En fait, je n’allais jamais dans la lune, je n’ai jamais été tentée. Je rentrais en moi, je trouvais que c’était beaucoup plus intéressant. Je m’imaginais que je circulais dans mon cerveau pour y découvrir de quoi j’étais faite. Certains endroits étaient fermés à clé, jamais je n’ai pu y entrer, j’étais vraiment agacée. Au moment où je sentais que la serrure allait céder, le prof me criait dessus et tout était à recommencer. »
Cendrine, 23 ans, condamnée à ving-cinq ans de prison pour le meurtre de son fils.
La jeune femme, qui n’aime pas s’exprimer sort progressivement de sa chrysalide. Du cahier bleu au cahier rouge, elle se cherche sans vraiment savoir où elle va. C’est le cahier noir qui lui apportera la révélation.
Michèle Lajoux brosse ici le portrait d’une jeune adulte blessée dans son enfance qui se reconstruit.
Plus qu’un roman sur l’infanticide, Le Crime de la renarde exprime avec sensibilité, audace et pertinence le drame de la banalité et de l’isolement. Une colère vive, introspective, acérée, bousculant les idées reçues.
Toute vie est un fait divers…

Extraits : « C’est étrange, comme cela fait peur quand on ne sait pas mettre les mots sur les choses ou sur ce que l’on ressent, c’est comme si on était perdu au milieu d’une immensité de terres sans limites, comme désert. »
« Une erreur, c’est pire qu’une faute. Une faute, on la reconnaît. Une erreur, on ne la voit pas et elle nous empoisonne la vie en secret.« 

Mon avis : Le crime de la renarde est un roman qui se lit très vite et facilement. Traitant un sujet difficile, l’infanticide, Michèle Lajoux raconte l’histoire de Cendrine, qui est condamnée à vingt-cinq ans de prison suite à l’assassina de son fils. Touchant et bouleversant, ce roman narre une très belle histoire, qui prouve que les actes vécus en enfance sont les plus marquants.
J’ai bien aimé le thème du récit, ainsi les bribes d’histoires que nous apprenons au fur et à mesure de l’avancement de la lecture, pour qu’à la fin, l’histoire finisse par se reconstituer nettement.
Malheureusement, je n’ai pas réussi à rentrer dedans, je l’ai un petit peu survolé. Il manque à mon goût un peu de « peps », un peu d’action. Certes, le thème choisit est plutôt triste, à manier avec des pincettes, mais quelques passages racontés dans le présent auraient été bien, ça aurait permis aux lecteurs de rentrer plus facilement dans la vie de l’héroïne.
Troublée et émue, je me souviendrais, je pense de ce livre, qui m’a bouleversée et fait ouvrir les yeux sur certaines choses, certains points et actes très graves.

 

Ma note : 5/10
Publicités

Une réflexion sur “Le crime de la renarde

  1. Pingback: L

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s