La Fille du train

La fille du train de Paula Hawkins
378 pages, éditions Sonatine, à 21€

 

Résumé : Depuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller à Londres. Le 8 h 04 le matin, le 17 h 56 l’après-midi. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe, lors d’un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants qu’elle voit derrière la vitre. Pour elle, ils sont Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l’être par le passé avec son mari, avant qu’il ne la trompe, avant qu’il ne la quitte. Rien d’exceptionnel, non, juste un couple qui s’aime. Jusqu’à ce matin où Rachel voit un autre homme que Jason à la fenêtre. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ? Rachel, bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, décide d’en savoir plus sur Jess et Jason. Quelques jours plus tard, c’est avec stupeur qu’elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu…

Extraits : « Puis je me dis… c’est pourtant ce qui arrive, parfois, non ? Les personnes avec qui on a un passé refusent de nous laisser partir, et on a beau essayer, on est incapable de s’en dépêtrer, de s’en libérer. Peut-être qu’après un certain temps on cesse de lutter. »
« Soyons francs, encore aujourd’hui, la valeur d’une femme se mesure à deux choses : sa beauté et son rôle de mère. Je ne suis pas belle, et je ne peux pas avoir d’enfant. Je ne vaux rien. »

Mon avis : Ce thriller est assez déroutant. L’histoire est originale, le rythme effrené, la tension à son plus haut niveau… Un livre qui se lit à la vitesse d’un train – c’est le cas de le dire.

Une jeune femme prénommée Rachel, a perdu son boulot il y a quelques mois. Pour ne rien laisser paraître à sa colocataire Cathy, elle continue de faire des allers et retours quotidiens en train jusqu’à Londres. C’est dans ce train qu’elle s’imagine la vie des personnes qu’elle voit à travers les vitres du train. Jusqu’au jour, où le couple dont elle réinventait la vie, Jason et Jess se retrouve en crise : Jess a disparue, puis est retrouvée morte quelques jours plus tard. Rachel va alors s’immiscer dans la vie du couple, pour apporter son témoignage de voyageuse-voyeuse. Mais son ex-mari et sa nouvelle femme habitent à quelques rues de la maison de Jess et Jason : un obstacle difficile à franchir, des souvenirs qui remontent à la surface, beaucoup de souffrance et de nostalgie.

Ce roman est raconté du point de vue de plusieurs narratrices féminines – Rachel, l’héroïne principale, Megan, la jeune femme surnommée « Jess », disparue et Anna, la nouvelle femme de l’ex-mari à Rachel. Hormis l’enquête principale du roman, les jeunes femmes se questionnent ouvertement sur la réelle teneur des sentiments. Rachel repense constamment à son ex-mari, le harcelant quotidiennement, allant jusqu’à s’imaginer pouvoir un jour refaire sa vie avec lui. Megan ressent de l’attirance pour un homme autre que son mari ; ce qui pose la question de l’infidélité dans un couple.

De plus, il y a une grande tension narrative autour de l’issue de l’enquête : qui a tué Megan ? quel été son mobile ? comment a-t-elle été assassinée ? Tant de questions qui rongent inéluctablement le lecteur. Beaucoup de mystères englobent cette enquête, les contours sont flous, les indices très minces. Le lecteur s’imagine maintes scénarios dans son esprit, faisant porter le chapeau de l’assassin sur presque toutes les personnes du roman. Et c’est bien là le talent de Paula Hawkins qui arrive à piéger le lecteur en le faisant dévier vers d’autres coupables.

Je ne dirais pas que ce livre est le thriller du siècle. Certes, le suspens est présent, le début du livre annonçait un récit original et intriguant, mais je reste quand même mitigée quant à l’enquête menée : elle n’est pas très bien ficelée, un peu tarabiscotée vers la fin. Le dénouement n’est certainement pas le point fort du roman, bien au contraire, il est décevant.

Néanmoins, j’ai bien aimé lire ce livre. La fille du train m’aura fait découvrir une nouvelle auteure (c’est le premier ouvrage de cette jeune femme) et une maison d’éditions qui m’était jusqu’alors totalement inconnue.

Ma note : 6/10

Une réflexion sur “La Fille du train

  1. Pingback: H – AnaLire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s