Théâtre

George Dandin

George Dandin de Molière
143 pages, éditions Larousse, collection Petits Classiques

 

Résumé : George Dandin a voulu s’élever dans la société en épousant une jeune fille noble : un beau mariage ? En fait, il n’en retire que mépris, trahisons et mensonges. Bien pire, chaque fois qu’il tente de prouver l’infidélité d’Angélique, le sort s’obstine à retourner les évidences contre lui et, d’accusateur, il devient accusé. Comédie amère sans doute, mais comédie, puisque tout peut se réparer par une grande fête à la cour du roi et finir par des chansons…

Extraits :  « Je voudrais savoir, Monsieur, vous qui êtes savant, pourquoi il ne fait point jour la nuit. »
« C’est une chose merveilleuse que cette tyrannie de messieurs les maris, et je les trouve bons de vouloir qu’on soit morte à tous les divertissemnts, et qu’on ne vive que pour eux »

Mon avis :  George Dandin, c’est une comédie assez peu connu du grand Molière. Représentée la première fois en 1668, cette pièce répond à une commande royale du palais de Versailles, pour participer au grand divertissement de cour. Le trait spécifique de cette pièce, c’est que Molière a collaboré avec le compositeur Lully : George Dandin est donc un spectacle pastoral, avec le texte de Molière ponctué de moments chantés et dansés.

Mais cette pièce de théâtre est avant tout une comédie farcesque. On y voit George Dandin, un homme de basse condition sociale mais avec beaucoup d’argent, qui s’est marié à Angélique, par le biais de ses parents, les Sotenville. Mais Angélique n’aime pas Dandin et le lui fait ressentir en le trompant sous son nez avec Clitandre. Dandin essaie tant bien que mal de faire voir la vérité aux Sotenville… sans y parvenir : tout tourne toujours à son désavantage.

Comme souvent dans les pièces de Molière, les rapports sociaux entre les personnages sont au coeur de l’intrigue. Ici, on y voit Dandin, qui est rabaissé et humilié par Angélique, peu écouté par les Sotenville, parce qu’il est de basse condition.

On y voit aussi une réflexion sur l’identité de la femme, avec Angélique, qui se veut femme autoritaire, autonome et indépendante, qui prend sa vie en main. Elle n’obéit pas à ses parents qui lui ont trouvé un mari, mais fait preuve d’infidélité et de badinage outranciers. C’est une femme à fort caractère, avec un esprit vif, qui a beaucoup de répartie, notamment lorsqu’elle se retrouve dans des situations délicates. Une réflexion sur l’identité de la femme qui se retrouve dans sa pièce L’école des femmes, où l’on se questionne également sur le mariage arrangé et ses conséquences. Dans George Dandin, Claudine, la servante d’Angélique, montre une figure féministe sans faille. Elle vient au secours de sa maîtresse et la défend corps et âme contre les hommes.

Mais la farce est le point central du livre. Comme toujours, Molière fait preuve d’un humour renversant. Le personnage le plus drôle est sans hésiter Lubin, le serviteur. Dans la mise en scène de Catherine Hiegel en 1999, les caractéristiques du personnages sont renforcées. Du coup, nous y voyons un paysan rustre, souvent dans le quiproquo, qui n’a pas de recul sur ses agissements, un peu bêbête et mal dégrossi. Il va dans le sens de la farce en dévoilant au mari (sans savoir que c’est la mari) qu’Angélique voit Clitandre en secret.

Dans cet univers farcesque, seul Dandin ajoute une pointe de tragique à la scène. C’est un personnage humilié et trahi, qui souffre d’une grande jalousie envers cet homme qui lui vole sa femme. C’est un être en souffrance, saisit d’un douloureux sentiment de rejet. Il est rabaissé par les Sotenville, qui manifestent un grand mépris envers ce personnage. Dans la mise en scène de Catherine Hiegel à la Comédie Française, la dimension tragique du personnage de George Dandin est accentué ; notamment quand il est sous la pluie, ou à la fin de la pièce, quand il se retrouve le visage face contre terre.

Sans être la meilleure des pièces de Molière que j’ai lu, il n’en reste pas moins que je l’ai beaucoup appréciée. On y retrouve des thèmes majeurs du théâtre de Molière : la farce et l’humour, les rapports sociaux, le mariage arrangé et l’identité des femmes. Ravie d’avoir pu lire cette courte pièce !

 

Ma note : 7/10
Publicités

Une réflexion au sujet de « George Dandin »

  1. Ping: M

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s