Littérature jeunesse

Catastrophe à Pompéi

Catastrophe à Pompéi d’Hélène Montardre
57 pages, éditions Nathan, à 4,95€

 

Résumé : 79 ap. J.-C. Le jeune Pline vit à Misène, dans la baie de Naples. Il se rend souvent à Pompéi, la ville voisine, chez un ami – il faut dire aussi qu’il est tombé amoureux de sa jolie voisine… Un après-midi, Pline voit un énorme nuage de fumée s’élever au-dessus de la montagne qui surplombe Pompéi. Le phénomène est si curieux que l’oncle de Pline décide de se rendre sur place pour l’examiner de plus près. Mais pendant la nuit, les tremblements de terre se multiplient, bientôt la mer recule et des fusées de feu jaillissent dans le ciel. Pline, follement inquiet pour son oncle et ses amis à Pompéi, fuit Misène…

Extraits : « Voilà plusieurs jours que Caius est à Misène, et Pompéi lui manque terriblement. En fait, non. Ce n’est pas Pompéi qui lui manque ! C’est Corellia. Mais il garde ce secret bien caché au fond de son coeur. »
« – Corellia.
– Il connaît déjà mon nom ! s’exclame la jeune fille.
Et sa voix est aussi prenante que la musique des vagues.
 »

Mon avis : Comme d’habitude, Hélène Montardre retrace un grand événement de l’histoire en quelques pages, avec une écriture légère et simple d’accès.

Catastrophe à Pompéi se déroule en 79 avant Jésus-Christ, dans le sud de l’Italie actuelle, au pied du volcan du Vésuve. On y découvre Caius, un jeune homme qui vit à quelques villages de Pompéi, mais qui se rend fréquemment dans la ville de Pompéi pour rendre visite à son ami Loreius. Un beau jour, il tombe fou amoureux d’une jeune Pompéienne, Corellia, si bien qu’il passe beaucoup plus de temps à Pompéi que dans son village natal auprès de sa famille. Mais le jour où celui-ci retourne auprès de sa mère et de son oncle, le Vésuve se réveille et commence à détruire la ville de Pompéi.

C’est un roman très fort. L’auteure arrive à allier romanesque et historique collectif. Elle associe un événement qui s’est réellement déroulé avec des personnages historiques (Caius représente l’écrivain Pline le Jeune), qui sont aussi des personnages fictifs (l’histoire d’abord est totalement inventée).
De plus, les descriptions du désastre font froid dans le dos. Les détails sont sinistres, mais bel et bien réalistes ; l’effroi se fait ressentir, la peur et la panique sont perçus par le lecteur. Malgré le peu de développement de l’histoire, Hélène Montardre arrive à nous faire aimer les personnages et à nous faire ressentir de fortes émotions.

On pourrait rapprocher brièvement ce récit au tremblement de terre qui a touché le Népal il y a quelques jours, en avril 2015. Les témoignages des survivants ou les images filmées se rapportent à la description du chaos après l’éruption du Vésuve à Pompéi. Des habitants morts par centaine, des maisons totalement détruites, de la cendre partout, des gravats, des populations qui cherchent à fuir au plus vite la ville, d’autres qui recherchent des membres de leur famille, ou leurs biens personnels… Des images horribles, qui pourtant, concordent parfaitement avec la réalité que vivent en ce moment même les Népalais.

J’ai vraiment beaucoup aimé ce livre. Il m’a donné envie de découvrir ce fameux Vésuve, si ancien, si meurtrier, mais si joli à regarder. Je conseille ce petit livre.

Ma note : 7/10
Publicités

Une réflexion au sujet de « Catastrophe à Pompéi »

  1. Ping: M

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s