Bel-Ami

Bel-ami de Maupassant
438 pages, éditions Folio classique
Résumé : Georges reprit le bras de Suzanne pour retraverser l’église.
Lorsqu’il parvint sur le seuil, il aperçut la foule amassée, une foule noire, bruissante, venue là pour lui, pour lui Georges Duroy. Le peuple de Paris le contemplait et l’enviait.
Puis, relevant les yeux, il découvrit là-bas, derrière la place de la Concorde, la Chambre des députés. Et il lui sembla qu’il allait faire un bond du portique de la Madeleine au portique du Palais-Bourbon.
Extraits : « Une vie ! quelques jours et puis plus rien ! On naît, on grandit, on est heureux, on attend, puis on meurt. »
« Les paroles d’amour, qui sont toujours les mêmes, prennent le goût des lèvres dont elles sortent.« 

Mon avis : Ce célèbre roman de Maupassant a été publié en feuilleton dans dans un journal très célèbre de l’époque, du nom de Gil Blas. Bel-Ami raconte l’incroyable ascension de Georges Duroy, jeune homme ordinaire, qui arrive, grâce à un de ses amis, à pénétrer dans le journal La Vie Française. Sans compétence particulière, il arrive néanmoins à gravir l’échelle sociale de ce Paris du XIXème siècle, grâce aux nombreuses maîtresses qu’il n’hésite pas à utiliser à son compte – notamment pour écrire ses articles à sa place.

On peut aisément discerner des points communs entre le protagoniste de Bel-Ami et la carrière personnelle de Maupassant. Egalement journaliste dans de nombreux journaux de l’époque, il est envoyé en reportage en Algérie, trait commun avec Georges Duroy, envoyé au Maroc, il décrit dans des chroniques les journées qu’il y a passé. L’histoire de Georges Duroy est irréaliste : sans talent, un peu niais et simplet, il part de rien, simple soldat envoyé en Afrique, fonctionnaire sans le sous, pour arriver au sommet, directeur de la rédaction de la Vie Française. Une carrière irréaliste dans un monde réaliste (décrit avec maintes détails, grâce à l’engagement de l’auteur dans le mouvement naturaliste de l’époque).

Maupassant arrive à décrit avec aisance les aspects sombres d’une carrière journalistique du XIXème siècle. Le métier n’était pas encore professionnalisant – en exemple le protagoniste, sans bagage, sans formation, complètement incompétent, qui arrive à se faire embaucher -, souvent mal vu par la population. Il met également en avant les principales caractéristiques pour arriver à entrer dans ce cercle journaleux : avoir des relations (comme Georges Duroy avec son ami, ou avec les femmes qu’il arrive à convaincre d’écrire pour lui), avoir une spécialité particulière (la chronique sur ses expériences Africaines) et un style singulier.

Les nombreuses coucheries du protagoniste agace quelque peu le lecteur, même s’il y voit là le seul et unique moyen pour Geroges Duroy d’arriver à ses fins. Un livre très intéressant, que je suis heureuse d’avoir lu, mais qui ne restera pas infiniment dans ma mémoire. Le thème principal est sympathique à découvrir, les aspects du journalisme du XIXème siècle sont intéressant à regarder à travers les yeux de Maupassant… mais je m’attendais certainement à une histoire plus frappante, moins ordinaire. J’ai quand même pris plaisir à lire ce livre… mais sans plus :

L’auteur met en scène un personnage bien transparent, qui arrive à gravir les échelons sociaux, pour arriver à l’apothéose de sa réussite. Une ascension extraordinaire qui dénonce les travers de la presse au temps de Maupassant.

Ma note : 5,5/10

Publicités

Une réflexion sur “Bel-Ami

  1. Pingback: M

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s