Littérature américaine·Roman

La maison de terre

La maison de terre de Woody Guthrie
317 pages, éditions Flammarion, à 21€
Résumé : Dans le Texas des années 30, Tike et Ella May Hamlin, jeune couple d’agriculteurs, ont bien du mal à planter de quoi vivre sur cette terre aride. Ella May est enceinte et ils ne peuvent continuer à habiter dans leur cabane en bois délabrée et envahie par les insectes. Problème, ils n’ont pas le sou pour s’offrir le lopin de terre censé accueillir la maison. Au cœur de ce décor dévasté, ils essaient d’abriter leur combat sans rien perdre de leurs illusions de jeunes amants.
Extraits : « Une année. Qu’est-ce qu’une année ? Une année c’est quelque chose qui peut être ajouté, mais qu’on ne peut jamais retrancher. »
« Tu es bigrement vulgaire. Espèce de vicieux. Tu es l’homme le plus vilain, le plus ignoble, le pire bon à rien que j’aurais pu choisir pour me marier ! À me reluquer comme ça. À me faire du gringue. Voilà ce que tu es. Un vilain qui se rince l’œil. Arrête de suite !« 

Mon avis : Avant tout chanteur-compositeur reconnu, Woody Guthrie s’est éteint en 1967, après avoir influencé bon nombre de personnalités. Ce n’est que l’année passée qu’un roman, supposément écrit par sa plume, s’est vu publié aux Etats-Unis, voulant sans doute rendre hommage à un homme ayant écrit plus de 3000 chansons durant la Grande Dépression, une pensée lumineuse pour un engagé au grand coeur. Mystérieusement couché sur papier, ce livre va être préfacé par les célèbres Johnny Depp et Douglas Brinkley, faisant en sorte de vendre du mieux que possible La maison de terre au titre intriguant.

Publiée dans la jungle aux livres originaux, en pleine chute libre du niveau de lecture, dans une période de grande crise planétaire, La maison de terre a mal choisie son année pour paraître. Une publication dans en 1940, à l’orée de l’écriture même, alors que son auteur était encore de ce monde, aurait été de meilleure augure.

Sans vouloir noircir la mémoire de ce cher homme, j’ai trouvé les pages de ce roman bien vides. Woody Guthrie se perd en description, créant une enfilade de mots, de piètres répétitions et des longueurs inutiles à n’en plus finir. A trop vouloir de réalisme, la fiction s’amenuise, le lecteur en perd son goût premier, l’attrait qui l’a poussé à découvrir initialement le livre, à savoir le titre évocateur La maison de terre.

Mais plongé au coeur du désert, seul au monde dans un espace reculé, le dépaysement est total, la quête de voyage est bien présente.

Les aventures le sont beaucoup moins. Après une centaine de pages lues, je suis déçue de constater qu’il ne s’est toujours rien déroulé. Le rythme est mou – pour ne pas dire inexistant -, « l’intrigue » prédite dans la préface commerciale peine à débuter, les pages se ressemblent, tout comme les jours qui passent ; on lit sans lire, notre esprit s’égard. Le côté historique mentionné, une nouvelle fois, dans la préface, ne se fait pas ressentir, tout est bien trop plat.

Les personnages, pourtant fort intéressants, deviennent rapidement ennuyants. Se perdant dans d’infinis discussions puériles, sans sens ni intérêt, l’auteur leur donne en plus un rôle d’imbéciles paysans, d’incapables à la tâche, et d’obsédées sexuels.

Car ce roman, sous son titre enchanteresse et ses airs de paradis, cache une véritable histoire érotique, digne de Sylvia Day dans Dévoile-moi. Bien que moins moderne et évoluant dans un milieu en total contraste avec le titre cité précédemment, les scènes se ressemblent, imagées et décrites à l’identique.

Inutile de préciser que je n’ai pas lu ce livre en entier, tant la pile de mots imbriqués à la suite ont eu raison de ma force. Pour rattraper l’ensemble, je vous invite à écouter une chanson de l’auteur, bien meilleur que l’ensemble du livre.

Ma note : 3/10

Publicités

Une réflexion au sujet de « La maison de terre »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s