Zazous

Zazous de Gérard de Cortanze
531 pages, éditions Albin Michel, à 22,50€
Résumé : On n’est pas sérieux quand on a quinze ans – même en pleine Occupation. Chaque jour, au café Eva, une bande de zazous se retrouve pour écouter du jazz. Josette, Pierre et Jean sont lycéens, Sarah est coiffeuse, Charlie trompettiste, Marie danseuse, Lucienne apprentie mannequin. Dans un Paris morose, ils appliquent à la lettre les mots d’ordre zazous : danser le swing, boire de la bière à la grenadine, lire des livres interdits, chausser en toutes circonstances des lunettes de soleil et enfiler de longues vestes à carreaux.
À mesure que les Allemands montrent leur vrai visage, ces jeunes gens qui ne portent pas encore le nom d’adolescents couvrent les murs de Paris du « V » de la victoire, sèment la panique dans les salles de cinéma et les théâtres, déposent une gerbe le 11 novembre sous l’Arc de Triomphe, arborent, par solidarité et provocation, l’étoile jaune. Traqués par les nazis, pourchassés par les collaborateurs, rejetés par la Résistance, les zazous ne veulent pas tant « changer la vie » qu’empêcher qu’on ne leur confisque leur jeunesse.Dans cet ample roman aux accents de comédie musicale, Gérard de Cortanze nous plonge au cœur d’un véritable fait de société trop souvent ignoré, dans le quotidien d’un Paris en guerre comme on ne l’avait encore jamais vu, et nous fait découvrir la bande-son virevoltante qui, de Trenet à Django Reinhardt, sauva une génération de la peur.

Extraits :  « Le zazou refuse l’ordre nouveau qui lui est imposé. C’est une attitude politique qui dicte le comportement du zazou. »
« Je pense à tous ces jeunes gens, comme cela fut cruel de les voir partir à la guerre… Est-il moins cruel de les contraindre à vivre dans un pays déshonoré ? Je ne croirai jamais que les hommes soient faits pour la guerre. Mais je sais qu’ils ne sont pas non plus faits pour la servitude.« 

Mon avis :  Selon vous, c’est quoi un zazou ?

Cette histoire se déroule dans un contexte de Seconde guerre mondiale, alors que les Allemands ont envahis la capitale française que les zazous, cette bande jeunes, résistent aux assaillants à leur manière. Les zazous, c’est un groupe d’amis, qui se retrouvent fréquemment au Café Eva tenu par Jo. Les zazous aiment la musique, particulièrement le swing, ils aiment s’amuser et veulent profiter de leur jeunesse. Une jeunesse malheureusement gâchée par l’occupation nazie, qui s’accroît de jour en jour.

Gérard de Cortanze nous montre la seconde Guerre mondiale sous un nouveau jour. Nous sommes au coeur de Paris, un Paris envahi par les Allemands nazis, qui imposent leurs lois aux habitants. Un Paris de restrictions, d’interdictions, de persécutions. Le lecteur est entièrement plongé à l’intérieur de cette guerre. Grâce aux nombreux détails apportés par l’auteur, on peut se faire une large idée des dégâts occasionnés par les allemands. C’est tristement cruel.

L’auteur met en exsangue la violence et la cruauté dont font preuve les nazis, avec la musique swing et l’attitude fêtarde de la bande de jeunes. La violence de la guerre, telle qu’elle nous ait racontée est, tout au long du récit, bercé par la musique swing et jazz des zazous. C’est assez déroutant, ce constraste, mais ça me plaît.
Les zazous, c’est en fait cela : des jeunes qui, privés de leur jeunesse, essaient quand même d’en profiter un maximum, malgré l’horreur qui se déroule sous leurs yeux. Ils sortent, en soirée, au cinéma, au théâtre, ils écoutent de la musique et vont même danser dans des bals.

Les personnages qui constituent le groupe d’amis sont hautement attachants. On apprécie Jo, le restaurateur qui permet au groupe de se retrouver dans son café. On s’inquiète pour Sarah, d’origine juive, elle risque la mort. On découvre la discrète Josette, qui tentera de lutter contre ses sentiments amoureux. Faire la liste de tous les zazous du Café Eva serait trop long. Sachez seulement que tous sont soudés et liés par la musique swing, et qu’ils incarnent un seul et même objectif : celui de résister à l’envahisseur allemand.

Ce roman, mi-historique mi-fictionnel, a le pouvoir de nous plonger en pleins coeur de la seconde Guerre mondiale. Du début de l’envahissement jusqu’à la libération, nous allons suivre un groupe de jeunes résistants, ceux-là même qui se font appeler « zazous ». C’est émouvant et terriblement poignant !

Ma note : 6/10

Une réflexion sur “Zazous

  1. Pingback: C

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s