Young bond : Shoot to kill

Young Bond : Shoot to kill de Steve Cole
334 pages, éditions Hachette, à 15,90€
Résumé : Il s’appelle Bond, James Bond. Il a 15 ans, et le danger lui colle déjà à la peau. Nouveau pensionnaire dans un lycée « so british », James ne tarde pas à se lier avec les élèves les plus marginaux (le nain Hugo, la brillante Bouddica et Dan, le fils du propriétaire du cinéma local). À la veille d’un voyage scolaire, ses quatre compagnons de route se retrouvent dans une salle de projection improvisée au lycée. Dan a volé la bande à un projectionniste, pensant s’offrir l’exclusivité d’un rush censuré. Mais sur l’écran de fortune, ils assistent à une véritable scène de torture. Une scène trop réaliste pour ne pas être authentique… Jugeant que la priorité va à disculper Dan plutôt qu’à démêler un fait divers sordide et les dépassant tous, James pense savoir exactement comment éviter les ennuis avec la police. Malheureusement, son plan ne se déroule pas du tout comme prévu : lorsqu’ils veulent restituer la bande, c’est le cadavre du projectionniste qui les accueille. Et les tueurs semblent être encore dans les parages. Voilà James embarqué dans une conspiration mafieuse… pour son plus grand plaisir.
Extraits : « L’amitié appelle la confiance et la confiance peut être trahie. »
« Quel luxe, songeait James, que de pouvoir jouer la comédie de la vie en sachant que votre destin est écrit dans les moindres détails, et qu’un dénouement heureux vous attend. Au lieu de quoi, dans la vraie vie, on avance bon gré mal gré, en luttant contre des forces inconnues.« 

Mon avis : Qui ne connaît pas la célèbre phrase de l’espion 007 inventé par Ian Fleming « Mon nom est James. James Bond » ? Steve Cole réutilise un personnage de fiction déjà existant, en transposant le protagoniste dans le corps d’un jeune homme de 15 ans. L’agent 007 principalement mis en scène dans des situations catastrophiques, en proie à d’âpres enquêtes, est ici l’égal des adolescents, pour permettre aux plus jeunes de pouvoir pénétrer dans le monde surprenant de ce grand héros impérissable.

Bien connu pour les situations rocambolesques dans lesquels il est souvent embarqué, le James Bond de Steve Cole se montre l’archétype même de la vision que l’on se fait de James Bond : mystérieux à souhait, calme et posé, toujours aux aguets, prêt à aider, il laisse voir une vision d’un jeune homme sympathique et quelconque, alors que sa force mentale et sa capacité à gérer les situations les plus incongrues sont les garants de cet adolescent hors normes.

D’aventures en aventures, le jeune héros nous entraîne avec lui sur les traces des stars de cinéma Hollywoodien. Tout d’abord, une intrigue se met en place avant même le commencement du périple ; une mystérieuse vidéo retrouvée, qui montre un réalisateur en train de se faire massacrer à mains nues par des truands. Une cassette vidéo qui causera la mort de plusieurs personnes, avant d’être cachée et embarquée dans le dirigeable, sorte de gros avion gonflable révolutionnaire, qui permettra au héros ainsi qu’à ces nouveaux amis d’arriver en Amérique, et de découvrir les plus gros studios du cinéma.

Une histoire bien montée, trépidante, haletante et bourrée d’actions. Le lecteur ne s’ennuie pas une seconde, tout s’enchaîne sans répit, des courses poursuites aux scènes macabres. Les protagonistes sont attachants, loin d’être banal – entre le nain fidèle, prêt à en découdre à tout instant et la jeune fille aventureuse, James Bond est fidélement entouré.

Néanmoins, je n’ai pas trouvé ce livre extraordinaire. Certes, il se laisse facilement lire, accessible à tous, à n’importe quel âge. Mais l’histoire en elle-même est assez brouillonne. Tout s’enchaîne trop rapidement, sans réellement d’arrêt, de descriptions, et le lecteur finit par se perdre dans cet enchaînement infini. Les personnages seconaires sont eux aussi trop peu travaillés, effacés, peu détaillés, et ne marquent pas d’un trait indélébile l’esprit du spectateur. L’intrigue est trop floue, pas assez prononcée, on se perd dans ce dédale d’intrigues secondaires. Un livre qui s’annonçait prometteur, mais qui ne m’a pas apporté les effets escompté. J’ai quand même pris du plaisir à redécouvrir un James Bond vif et vigoureux de 15 ans.

Découvrir James Bond comme vous ne l’avez jamais vus : dans la peau d’un adolescent de 15 ans, à la poursuite des plus grandes stars du cinéma Hollywoodien. Les amateurs d’actions vont être servis. Toutefois, prenez garde à ne pas vous perdre dans ce labyrinthe d’aventures.

Ma note : 5,5/10
Publicités

Une réflexion sur “Young bond : Shoot to kill

  1. Pingback: C – AnaLire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s