Biographie·Littérature française

Vladimir Vladimirovitch

Vladimir Vladimirovitch de Bernard Chambaz
373 pages, éditions Flammarion, à 20€

 

Résumé : La vie de Vladimir Vladimirovitch Poutine a basculé quand son homonyme est arrivé au pouvoir. Le soir de l’élimination de l’équipe de hockey aux Jeux olympiques de Sotchi, il est frappé par la tristesse dans les yeux du président ? une tristesse d’enfant, des yeux de phoque. Tout au long de l’année 2014, obsédé par la question « que croire, qui croire ? », il raconte dans des cahiers la vie de Volodka : l’enfance, le KGB, l’irrésistible ascension. À travers cette plongée au coeur de l’énigme Poutine, ce sont aussi les spectres de l’histoire soviétique qui défilent.Partagé entre l’amour perdu de Tatiana et la vie possible au côté de Galina, Vladimir Vladimirovitch n’en a pas fini avec les ambiguïtés de l’homme russe face à son destin, et son président.

Extraits :  « La magie des nuits moscovites, ou des somnifères, c’est qu’on peut se réveiller frais comme une rose après une nuit de cauchemar. »
« Quand on est anxieux, il faut absolument s’attacher à un mot idiot qu’on répète comme un perroquet jusqu’à ce qu’on finisse par se taire.« 

Mon avis :  Avant de lire cette chronique – et/ou avant d’entamer la lecture de ce roman -, sachez que Vladimir Vladimirovitch est un ouvrage assez complexe à lire. Pour ma part, même si j’ai mené à bien ma lecture, ce n’est pas sans difficultés. Le niveau de langue utilisé – assez soutenu -, les termes techniques complexes, les références historico-poliques, ne m’ont pas aidés dans ma tâche. J’ai néanmoins essayé apprécier ce livre.

Vladimir Vladimirovitch est l’homonyme du président Poutine. Une identité pas facile à porter tous les jours, mais qui l’amène à vouer une passtion toute personnelle à la vie du président. Le lecteur est alors emporté dans la vie du protagoniste Vladimir Vladimirovitch et en même temps, dans celle du président. L’histoire de l’URSS est retracée dans ses grandes lignes, allant jusqu’à l’époque moderne de la Russie.

C’est un ouvrage vraiment très intéressant. Bernard Chambaz place quelques petites anecdotes sympathiques sur le président Poutine, qui rend son récit encore plus vivant qu’il ne l’ait.

Hormis la remarque que j’ai déjà écrite dans l’introduction de ma chronique – le fait que le livre soit restreint à un certain public ciblé, assez cultivé pour comprendre les subtilités de la narration -, j’ajouterais que l’histoire en elle-même n’était pas très claire, peu délimitée, sans bornes visibles. Moi qui suit déjà peu cultivée sur l’histoire de la Russie, j’ai été d’autant plus perdue dans la continuité du récit.

Les historiens avides de toujours plus de connaissances, les érudits Russes ou les grands intellectuels sauront apprécier cet ouvrage. Les autres, comme moi… prendront plaisir à lire Vladimir Vladimirovitch, même si la moitié de l’histoire nous échappera.

 

Ma note : 5/10
Publicités

Une réflexion au sujet de « Vladimir Vladimirovitch »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s