Un jour on fera l’amour

Un jour on fera l’amour
de Isabelle Desesquelles
210 pages, éditions Belfond, à 18€

 

Résumé : Elle, c’est Rosalie Sauvage, et elle porte assez bien son nom. Lui, Alexandre, n’est heureux que dans les salles obscures. Une en particulier, celle de son père tant aimé et maintenant la sienne, le Rosebud, cinéma de quartier.
Ils se rencontrent par miroir interposé – Alexandre n’aperçoit pourtant que la nuque de Rosalie – et aussitôt se perdent. Mais entre elle et lui, il y a l’ami de l’enfance, les parents de toujours, admirables ou imparfaits, d’anciens amants oubliables, des putains oubliées, les mains de Gary Cooper, les yeux de Gene Tierney. Et aussi de ces souvenirs qui nous disent combien nous sommes vivants.
« Nous sommes flous, nous sommes fatigués, nous sommes inquiets, nous sommes pressés, nous sommes inconstants, nous sommes inconséquents, nous sommes humains. Nous, les héros de notre vie. »
Rosalie Sauvage et Alexandre sont aussi semblables qu’ils diffèrent l’un de l’autre et n’ont que vingt-quatre heures pour se retrouver. Après quoi la possibilité du bonheur sera à jamais derrière eux. Ils sont leur première et dernière chance d’aimer.

Extraits :  « Quelque chose me souffle qu’elle est la femme de ma mort parce que c’est ça, non, la femme d’une vie ? On veut être avec elle quand la mort arrive. »

« Ce qu’on imagine de meilleur aux amoureux, de plus intense, il se le projette en boucle, il ne peut pas y avoir autant de films sur l’amour sans que cela existe, quelque part, et qu’il en ait sa part. Voilà ce qu’il veut, Alexandre, une vie à l’image de toutes ces images auxquelles il a décidé de croire. »

Mon avis :  Ne vous laissez pas avoir par le titre provocateur de cet ouvrage, car derrière cette bravade, se cache un récit sensible et pudique.

Rosalie Sauvage et Alexandre ne croient plus en l’amour. D’ailleurs, ont-ils déjà cru un jour en l’amour ? Mais lorsqu’ils se voient, seulement de dos, par jeu de miroir, ils tombent sous le charme l’un de l’autre. Un coup de foudre immédiat, mais bref, puisque Alexandre a seulement le temps de battre des paupières que Rosalie Sauvage s’est envolée. A partir de là, s’engage une course contre la montre pour retrouver l’autre, puisque Rosalie Sauvage va déménager pour changer de vie.

J’ai beaucoup aimé la façon dont les personnages parlaient et abordaient le sentiment amoureux. Grâce à l’alternance de narration (un chapitre donnait la parole à Rosalie, l’autre à Alexandre), ont a pu se pénétrer des consciences et attentes des deux personnages. Deux personnages aux caractères différents (Rosalie est plutôt énergique et semble froide, tandis qu’Alexandre renvoie une image d’un homme timide et passionnel). Mais derrière ces visages de façade sont tapis des émotions sincères et douces. Ils transpirent le désir, désir de retrouver l’autre, de le recroiser. Dans un même temps, le lecteur aussi se place dans une posture d’attente, espérant à chaque page que les deux personnages vont pouvoir vivre leur histoire.

Dans ce récit, il ne faut pas chercher à y trouver de l’action. Isabelle Desesquelles privilégie une écriture poétique et sensuelle, pour faire ressentir aux lecteurs des émotions intenses. Un choix d’écriture osé, puisque pour ma part, j’aurais sans doute souhaiter un peu moins de spiritualité et un peu plus d’actions concrètes pour apprécier d’autant plus ma lecture.

En bref, Un jour on fera l’amour, c’est l’histoire nostalgique et triste d’un bout de vie qui s’en va : Alexandre va devoir vendre le Rosebud (cinéma de son père défunt) et repense avec nostalgie aux bons moments partagés dans ces lieux. Mais c’est aussi le commencement de bonheurs nouveaux, avec la naissance d’un amour et le début d’une nouvelle vie.

Un récit réaliste, qui tend à comprendre et à décortiquer les sentiments humains les plus complexes. L’histoire n’est sans doute pas impérissable, le récit un peu banal, mais il n’en reste pas moins agréable à lire.

Ma note : 5,5/10

Une réflexion sur “Un jour on fera l’amour

  1. Pingback: D – AnaLire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s