Littérature jeunesse

Sans prévenir

Sans prévenir de Matthew Crow
307 pages, éditions Gallimard, collection Scripto

 

Résumé : Dans une petite ville du nord de l’Angleterre, Francis, 15 ans, est un garçon fin et plein d’humour qui a appris à se débrouiller dans la vie. Depuis que leur père a plus ou moins quitté le foyer, il se dispute régulièrement avec sa mère, une femme rebelle et pleine de tempérament qui a tendance à boire un peu trop souvent. Quant à son grand-frère, Chris, il travaille comme designer graphiste pour une revue qui ne se vend pas, est constamment fauché, vit en coloc avec des amis tout aussi décalés et vient faire ses courses dans le frigo de sa mère. Un jour Francis apprend qu’il est atteint d’une leucémie. C’est alors qu’il rencontre Ambre dans le service de cancérologie pour adolescents de l’hôpital où il est soigné.
Extraits : « C’était un peu comme la semaine étrange entre Noël et le Jour de l’an, où il vient de se passer quelque chose, et où il va bientôt se passer quelque chose, mais entre les deux, il n’y a rien d’autre à faire que rester là à attendre et à rêvasser. »
« Il n’y a aucune raison d’avoir honte de sa peur. On devrait plutôt lui rendre hommage. C’est la peur qui nous maintient en vie.« 

Mon avis : Beaucoup de lecteurs ont aisément perçus de nombreuses similitudes avec le célèbre Nos étoiles contraires de John Green. Il est vrai que le contexe spatio-temporel, le sujet principal et la description caractérielle des personnages s’accordent plus ou moins au récit cité précédemment.

Etant une grande sentimentale, qui peut s’émouvoir pour un rien, je m’attendais, incontestablement, à dilapider une boîte de mouchoirs entière avant la fin de ma lecture. Malheureusement pour moi (heureusement pour mes économies de mouchoirs), Sans prévenir n’a pas été à la hauteur de mes attentes. Le thème, si souvent manié par différents auteurs, a été maintes et maintes fois manipulé dans toutes directions, qu’il faut vraiment être original pour heurter l’esprit du lecteur.

La mère de Francis Wooton, jeune homme de quinze années, détecte chez son fils de nombreux problèmes, qui l’amène à le faire inspecter par des médecins. Le résultat est sans équivoque, Francis est atteint d’un cancer. Hospitalisé, il est introduit dans une chambre avec d’autres enfants atteint de la même maladie que lui, et fait la rencontre d’Ambre, du même âge, jeune femme aux barrières infranchissables, butée dans un caractère sec, intimidante et impénétrable.

Bien que le protagoniste soit Francis, je perçois Ambre comme l’emblème centrale de ce roman. Une force de caractère singulière, une personnalité percutante, une âme de combattante dans un corps de petite fille miné par la maladie.

L’amour que se porte Francis et Ambre est inexplicable. Comment deux êtres aussi différents, ne partageant aucun centre d’intérêt commun, aux caractères diamétralement opposés, peuvent-ils ressentir un tel attrait l’un pour l’autre ? C’est bien là les mystères des sentiments amoureux. Leur histoire, toute mignonnette, se déroule dans une pudeur à demi cachée, émouvante mais affligeante.

Bien que je n’ai pas été particulièrement émue tout au long du récit, il faut vraiment être sans coeur pour ne pas s’émouvoir sur le dénouement de l’histoire. Même si la fin était assez prévoyante, Matthew Crow la met en scène d’une manière si bouleversante, que je n’ai pu empêcher mes larmes de couler.

Vous l’aurez compris, les personnes qui gardent leurs larmes au bord des yeux ne doivent pas se lancer dans ce genre de lecture. Des enfants, bientôt amoureux, atteint d’un cancer presque incurable, qui essaient vainement de vaincre leur maladie d’un puissant amour.

Ma note : 6,5/10
Publicités

Une réflexion au sujet de « Sans prévenir »

  1. Ping: C

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s