Littérature jeunesse

Les garçons ne tricotent pas (en public)

Les garçons ne tricotent pas (en public)
de T. S. Easton
355 pages, éditions Nathan, à 15,95€

 

Résumé : Après avoir volé de l’alcool dans un supermarché, Ben, 16 ans, doit suivre un « parcours de réinsertion pour jeunes délinquants » et, dans ce cadre, s’inscrire à un cours de tricot.
Autant dire que ça ne l’enchante pas. Mais Ben accepte de jouer le jeu, tant que Megan (la fille dont il est amoureux), son père, ses copains … bref, tant que PERSONNE n’est au courant.

Le hic, c’est qu’il se découvre une passion dévorante pour le tricot. Et bientôt, il ne pense plus qu’à ça : point mousse, douceur et couleur des laines, patrons compliqués.
Au point de cacher des aiguilles sous son lit, de participer à des concours, de vendre ses créations sur Internet et de transformer sa vie… en grosse pelote de mensonges impossible à démêler !

Extraits :  « Je commençais à comprendre qu’en gros, le tricot, c’est des maths. De la géométrie. Une fois qu’on sait manier les aiguilles, on n’a plus qu’à garder en tête la géométrie de la pièce qu’on tricote au fur et à mesure qu’on avance. »
« Ça me calme, ces séances de tricot entre filles. Comme disent les animatrices de « Tricotrucs » : « tricoter, c’est plus sympa ensemble, et être ensemble, c’est plus sympa en tricotant ». »

Mon avis :  Ne vous attendez pas à de la grande littérature. Cette histoire assez plate, mais elle permet néanmoins de se distraire.

Ben est un jeune adolescent qui a commit une erreur de jeunesse en volant de l’alcool dans un supermarché. Pour réparer sa faute, il va être obligé de suivre des cours du soir en choisissant une activité dans toutes celles proposées. Quelle surprise quand on s’aperçoit que ce jeune garçon choisit le tricot, activité pourtant démodée et ciblée exclusivement pour les femmes. Après plusieurs semaines de cours, Ben se révèle plutôt doué dans ce qu’il entreprend. A tel point que sa prof l’inscrit pour un concours national de tricot.

Les garçons ne tricotent pas (en public), c’est l’occasion idéale pour remettre au goût du jour une activité vieille de mille ans : le tricot. Perçu comme vieillot et démodé, comme une simple activité de grand-mère, le tricot est en fait bien plus passionnant et divertissant qu’il n’en a l’air. C’est ce que tant à nous prouver Ben. De plus, ce livre étant principalement dédié aux jeunes enfants, cela pourrait leur faire découvrir de nouvelles activités et peut-être – sait-on jamais ! – leur donner envie d’essayer.

Comme l’auteur est bien partit pour dépoussiérer les stéréotypes autour du tricot, autant le faire entièrement : en plaçant, comme figure centrale de son roman, un jeune garçon qui s’intéresse à cette activité. Eh bien oui, nous sommes au XXIème siècle, tout évolue : les femmes font des activités autrefois dédiées uniquement aux hommes et inversement. Aux premiers abords, c’est vrai que voir un jeune garçon jouer du tricot, ça peut surprendre. Mais je vous assure, on s’y habitue. Pourquoi les hommes ne pourraient-ils pas pratiquer ce loisir ? A bas les stéréotypes !

Certes, on voit quand même que les stéréotypes sont durs à franchir. Les idées reçues fusent, certaines personnes restent ancrées dans leur retranchement et ne veulent absolument pas entendre parler de changement. Pour le père de Ben, imaginer son fils faire du tricot relève de l’impossible. Pour ses amis, la nouvelle passion du jeune homme devient rapidement sujet de moqueries. Mais les hobbies sont souvent plus forts que tout ; Ben va nous le prouver, en persévérant dans ce qui lui plaît, sans prendre en compte les avis défavorables qu’il peut entendre sur son passage.

C’est un livre sympathique à lire, avec une très bonne thématique choisie, bien qu’un peu plate. Bon, d’accord, on parle de tricot, il ne faut pas s’attendre à beaucoup d’actions (quoi ? moi aussi je stéréotype ?). Mais quand même, il manquait une petite dose de piquant, qui aurait pu réhausser le style du texte et en faire quelque chose de plus rythmique, de plus dynamique.

Dans ce livre, on contre les stéréotypes. Il n’y a jamais eu de règle qui interdisait les hommes de pratiquer le tricot, ni de formule stipulant que le tricot était réservé aux mémés. Alors pourquoi le jeune Ben ne pourrait-il pas faire du tricot sa passion ?!

 

Ma note : 7/10
Publicités

Une réflexion au sujet de « Les garçons ne tricotent pas (en public) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s