Le Cid

Le Cid de Pierre Corneille
234 pages, éditions Folio classique, à 3€

 

Résumé : Don Rodrigue a « du coeur » et nul n’en peut douter. Noble, vaillant, sans égal, sans rival, il possède toutes les qualités du héros classique. Mais il en a aussi tous les tourments. Don Diègue, son père, a été humilié par celui de Chimène, sa bien-aimée, et c’est à lui de laver cet outrage. Faut-il « mourir sans offenser Chimène » ou se venger et la perdre ? Doit-il préférer le devoir à la passion ? Cruel dilemme, auquel Chimène sera, à son tour, confrontée. La grandeur d’âme des personnages fait la beauté et la force du Cid, cette pièce hésitant entre deux genres, que l’on a appelée « tragi-comédie ».

Extraits :  « L’INFANTE : Ma plus douce espérance est de perdre l’espoir. »
« CHIMENE : Il est juste, grand Roi, qu’un meurtrier périsse.
LE ROI : Prends du repos, ma fille, et calme tes douleurs.
CHIMENE : M’ordonner du repos, c’est croître mes malheurs.
« 

Mon avis :  Le Cid du très grand Pierre Corneille, est une pièce de théâtre très connu, souvent étudiée dans le milieu scolaire. Le couple Chimère/Rodrigue est l’un des couples phares de la littérature française, avec notamment la réplique culte du livre, « Va, je ne te hais point », point d’orgue de la litote (figure de style qui consiste à en dire moins pour en suggérer plus).

La première version du Cid est mise en scène en 1637, années où domine le genre de la tragicomédie. Ce genre littéaire qui pernd comme cadre la pastorale, a un lien très fort avec le romanesque (les sujets ne sont pas historiques). La tragicomédie se caractérise pas sa fin heureuse, sa complexité et sa revendication de liberté par rapport aux règles classiques. On y voit génaralement des personnages d’humanité moyenne, qui ne sont pas de la noblesse (contrairement à la majeure partie des pièces de l’époque).

Dans Le Cid, domine le dilemne amour/honneur. En effet, le père de Chimène a offensé le père de Rodrigue. Don Diegue, le père de Rodrigue, va enjoindre son fils de sauver son honneur en tuant le père de Chimène. C’est ce que celui-ci va faire. Mais en tuant le père de Chimène, Rodrigue va compromettre son histoire d’amour avec Chimène. En effet, l’honneur de Chimène est désormais bafoué par ce dernier. Entre honneur et amour, la pièce vacille ; Chimène, va-t-elle tuer Rodrigue pour récupérer son honneur, ou préferera-t-elle garder son amour en étant souillée ?

J’ai adoré le personnage de Chimène. Une jeune femme qui parle bien d’amour ; elle ne s’épanche pas, mais reste dans la pudeur et dans l’économie de mots. C’est une jeune femme courageuse, guerrière et audacieuse. Loin d’être passive, elle fait entendre sa voix : c’est pas femme du non, qui n’hésite pas à s’opposer à ses interlocuteurs (notamment au roi, qu’elle auquel elle va se plaindre de l’impasse dans laquelle elle est). Chimène est forte, capable de dureté et de violence ; tout comme Rodrigue. En tuant le père de Chimène, il donne un certain honneur à Chimène. En effet, cette dernière aurait aimé un peureux s’il ne l’avait pas tué. L’acte III de la pièce est au centre même de l’intrigue : elle permet une confrontation directe entre Chimène et Rodrigue. Ce dernier veut que Chimène le tue pour rétablir son honneur. Mais Chimène reste en prise avec la passion et les sentiments amoureux et se refuse à passer à l’acte.

J’ai eu le plaisir de visionner une mise en scène du Cid faite par Luis de la Carrasca. C’est une mise en scène toute particulière qui se base sur le flamenco, pour rappeler les origines Espagnols du texte. Une danse bien appropriée au texte, car elle combine parfaitement la passion et la rigueur soutenue (ce qui rappelle l’amour et l’honneur de l’intrigue, qui se mélangent). Le décor de la pièce rappelle une arène, et la mort du père est présentée comme une exécution de corrida. Mais, dans ce contexte sérieux, le réalisateur incorpore des éléments comiques (comme la présence du roi : aller voir son jeu, c’est hilarant) qui rappellent la tragicomédie.

Le Cid est la première pièce de Pierre Corneille que j’ai le plaisir de lire. Et quelle pièce… Mettez-vous dans la peau des personnages, et essayez de faire un choix entre l’honneur que l’on accorde à sa famille et l’engagement de l’amour envers une personne qui a détruit notre honneur. Un choix très difficile, que Rodrigue et Chimène vont devoir faire. Un pur régal !

 

Ma note : 8,5/10

Une réflexion sur “Le Cid

  1. Pingback: C

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s