Littérature canadienne·Littérature jeunesse

Le chat sur le mur

Le chat sur le mur de Deborah Ellis
169 pages, éditions Hachette romans, à 14,90€

 

Résumé :  Clare avait 13 ans quand elle est morte et qu’elle s’est réveillée dans le corps d’un chat errant, à Bethlehem, en Cisjordanie. Réfugiée dans une maison avec deux soldats israéliens et un petit garçon palestinien, elle va partager pendant quelques jours leur quotidien. Entre incompréhensions et émeutes qui divisent les deux peuples, elle va essayer de sauver sa vie, et peut être même celle de ses trois compagnons de hasard.
Mais comment aider son prochain lorsqu’on est un chat ? Comment trouver sa place dans un univers chaotique, ravagé par la peur et la colère ?

Extraits :  « Simcha a saisi son fusil. Il répétait les seules phrases en arabe qu’il savait : « Sors de là ! Haut les mains ! »
– Du calme, a dit Aaron. C’est rien qu’un chat.
– Un chat ? A voir comme tu as bondi, j’ai cru que c’était un terroriste.
 »
« C’est le bruit des armes qui m’a réveillée. Je déteste ça. Si les gens tiennent absolument à tirer sur leurs semblables, qu’ils s’arrangent pour le faire sans bruit, que les chats puissent continuer leur sieste tranquillement, tout de même. »

Mon avis :  Avez-vous déjà rêvé de vous réincarner en chat ? Si oui, venez vite découvrir l’étrange réincarnation subie par Claire, après sa mort humaine.

Claire passe d’une vie banale de petite fille de treize ans, allant tous les jours à l’école, bien entourée de sa famille et de ses amis, à une vie de chat errant en Cisjordanie. Cette métamorphose extraordinaire va changer le regard de la jeune fille sur la vie. Elle va découvrir la guerre, avec les nombreuses difficultés liées au conflit israélo-palestinien, ainsi que la désolation et la misère des pauvres habitants de ce pays.

On peut vraiment parler de voyage initiatique, au sein d’un problème encore d’actualité aujourd’hui : le conflit israélo-palestinien. Chacun d’entre nous a, au moins une fois, voulu être une petite souris pour se glisser dans une pièce et observer de l’intérieur les gens qui y étaient présents. Eh bien, ici, c’est un chat, qui se place comme spectateur stoïque, incapable de pouvoir aider les hommes. C’est à travers ses yeux que nous sommes plongés dans l’intimité des habitants de la ville de Bethléem, ville assiégée par de multiples soldats.

Deborah Ellis met en scène une situation assez brouillonne, qui correspond parfaitement à la vision de la guerre que nous, européens, avons. Deux soldats sont réfugiés dans une maison, avec un petit garçon. La maîtresse du petit pense à une prise d’otage, elle rameute les habitants du quartier, qui arrivent de tout côté pour sortir d’affaire le petit. Sans savoir la réelle motivation des soldats, sans même penser au danger encouru par le petit garçon, les balles fusent dans la maison. Une image qui montre bien l’absurdité de la guerre.

Mais ce qui est le plus important à retenir de cette lecture, c’est le profond message de paix et d’espoir que balance inlassablement l’auteure. A travers un poème nommé Désirs, appris par coeur par tous les enfants scolarisés à Bethléem, la cohabitation, l’apaisement et l’amour sont mis en avant. Deux maîtresses d’école sont mises en scène : l’une, surnommée Madame Nulle, professeur de Claire, lui donnait ce poème à recopier, comme signe de punition. L’autre, Madame Fahima, a apprit à ses élèves le poème, et essaie tant bien que mal de le mettre en scène – notamment en tentant de s’interposer entre tous les soldats. Symbole ultime de l’unification des peuples : le chat, qui, dans ce roman, comprend chaque langue parlée et aime chaque homme tel qu’il est.

Ce livre, très poétique, se présente à la fois comme un conte fantastique et un roman historique, traitant du conflit du Proche Orient. Deborah Ellis essaie de promulguer un message de paix, d’amour et de réconciliation qui donne du baume au coeur. Un livre tout en douceur, qui se lit très rapidement.

 

Ma note : 7/10

Publicités

Une réflexion au sujet de « Le chat sur le mur »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s