L’année du rat

L’année du rat de Clare Furniss
283 pages, éditions Hachette romans, à 17€

 

Résumé : Le monde peut basculer à tout instant… une vérité dont Pearl, 15 ans, est bien consciente : sa mère vient de mourir en donnant naissance à Rose, sa demi-sœur. Rose, ce minuscule bébé, qui pleure et gigote dans tous les sens… et qui pour Pearl n’est rien d’autre qu’un monstre, un petit rat qui a détruit sa vie, lui a volé sa mère et a même réussi à ruiner la merveilleuse relation qui l’unissait à son beau-père Alex, le père de Rose. Tandis qu’Alex tente de surmonter le choc du deuil et reporte sur Rose tout son amour meurtri, l’adolescente se replie sur elle-même. Pearl est persuadée d’une chose : sa mère est morte, mais elle n’est pas tout à fait partie. Son esprit rebelle est toujours là, à fumer, faire des sarcasmes, dire avec franchise ce qui lui passe par la tête… et à guider sa fille pour qu’elle se réconcilie peu à peu avec le monde qui l’entoure, et avec la vie.

Extraits :  « Dans l’histoire et les pièces de Shakespeare, les gens n’arrêtent pas de devenir fous de chagrin, c’est peut-être aussi ce qu’il m’arrive. »
« Je crains fort, Pearl, qu’à partir du moment où nous aimons quelqu’un, il nous faille respecter ses choix, même quand nous ne les approuvons pas. »

Mon avis :  L’année du rat. Que se cache-t-il derrière ce titre si énigmatique ? J’ai d’abord pensé à une référence au zodiaque chinois, avec les années lunaires qui correspondent à un animal précis. Mais L’année du rat, c’est en fait l’année où est né Rose, surnommé le « rat » par sa grande soeur, Pearl.

Pearl n’a jamais connu son père, parti avant sa naissance. Elle a donc été élevé par sa mère et par un autre homme, qu’elle considère, au bout de toutes ses années passées à ses côtés, comme son vrai père. L’harmonie règne au sein de ce trio familial, jusqu’à ce que la mère de Pearl lui annonce qu’elle est enceinte. Stupéfaction de la part de la jeune fille de 15 ans, qui ne s’attendait pas à avoir une petite soeur. Malheureusement, des complications vont venir abîmer ce tableau familial. La mère de Pearl va accoucher presque deux mois avant terme et ne va pas survivre à cette naissance. Choc, déni et colère vont animer Pearl. Elle va en vouloir à Rose, d’avoir tué sa mère. A son « père » d’aimer plus Rose qu’elle. A sa mère, d’avoir voulue une autre fille.

L’histoire aurait due être joyeuse. Un nouveau-né en bonne santé vient de rejoindre une famille aimante et unie. Mais une ombre vient s’ajouter au tableau : la mort de la mère de famille. La petite Rose ne connaîtra jamais l’amour maternelle. Pearl, quant à elle, va se sentir abandonnée et délaissée par son père d’adoption. Tant elle est peinée de cette disparition, elle va aller jusqu’à discuter, à plusieurs reprises, dans son imaginaire, avec sa mère défunte. Des apparitions qui lui paraîtront tout à fait réelles et qu’elles ne remettra jamais en cause.

L’histoire ne tourne pas autour du « Rat », c’est-à-dire de Rose, comme on aurait pu le penser. L’histoire tourne autour de Pearl, autour de ses sentiments et émotions. On va la suivre dans son processus de deuil, jusqu’au pardon final qu’elle attribuera – ou non, il faut que je vous laisse un peu de suspens – à Rose. Elle va se remettre en questions et va faire un dur travail sur elle-même.

Les chapitres sont en fait des mois de l’année. Ce qui fait que l’on voit précisément l’évolution de Pearl dans le temps. Les sept étapes du deuil sont respectées. D’abord choquée par cette nouvelle, elle se retranche derrière une barrière de déni. Vient ensuite la colère, qu’elle dirigera contre Rose et son père, puis la tristesse et la résignation. Les deux dernières étapes ne sont qu’autres que l’acceptation de cette perte inéluctable, pour finir par la reconstruction de sa vie, aux côtés de ses proches restants.

Une histoire de famille émouvante, dans laquelle Pearl va devoir apprendre à vivre sans sa mère. Comment faire face à une mort prématurée ? Comment pardonner et continuer à avancer ? Un roman pas vraiment exceptionnel, mais plaisant à lire quand même.

Ma note : 6/10
Publicités

Une réflexion sur “L’année du rat

  1. Pingback: F – AnaLire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s