La vie d’une autre

La vie d’une autre de Frédérique Deghelt.
341 pages, éditions Actes Sud, à 21€
Résumé : Hier soir, nous étions encore en 1988. Jeudi 12 mai. Un jour de décalage. C’est noir sur blanc, et ça veut dire que douze années se sont écoulées. En 1988, où je crois être encore, je viens de rencontrer Pablo. Mais en 2000, où je viens d’arriver, nous avons deux enfants. Mais moi, où suis-je dans tout ça ? Je ne me souviens de rien… Sinon du septième étage d’une rue de Montmartre. Je revois Pablo m’emmenant sur le balcon admirer le Sacré-Cœur. Pablo, la tête enfouie dans mon corsage, hurlant au milieu des fleurs qu’il me désire. Pablo qui, pour l’instant, est mon seul lien avec la veille. Que s’est-il passé pendant douze ans ?
Extraits : « Ecrire est un risque d’être lue et donc découverte. Ecrire est une tentation de se relire et de se découvrir . »
« C’est bien souvent le jour où s’ouvrent les yeux que quelque chose en nous décide d’aussitôt les refermer.« 

Mon avis : Le résumé était tentant ; originale, il sortait de l’ordinaire par son récit peu commun, qui promettait beaucoup aux futurs lecteurs. Intriguée de savoir pourquoi la jeune héroïne avait perdue sa mémoire pendant une douzaine d’années, je me suis jeté à corps perdu dans ma lecture, avec comme obsession, de découvrir le fin mot de l’histoire.

Le commencement est, somme toute, banal. Rien de très extraordinaire se passe durant les quelques premières pages, hormis le fait que ce sont ces pages-ci qui vont créer le tournant de la vie de notre protagoniste. Pauvre lecteur non averti, nous ne nous doutons pas une seconde de l’histoire qui va se dérouler devant nos yeux. Une histoire qui aurait pu passer pour un cas commun, mais qui va sortir du lot par sa brutale apparition.

Car notre jeune protagoniste va devenir, du jour au lendemain, à demi amnésique. Pourquoi « demi » ? Car durant les douze années qui précédent sa vie présente, elle ne se souvient de rien. Alors que ses souvenirs sont toujours distincts concernant son enfance, ou encore concernant les prochains jours qui passeront suite à cette découverte. Comment un tel choc a-t-il pu se produire ? Une question que le lecteur (ainsi que tous les personnages du roman), se poseront mille et une fois durant tout le récit, sans toutefois avoir réellement une réponse à la clé.

Notre mystérieuse Marie se retrouve un beau jour avec une maison à charge, trois enfants de bas âge, un mari, des nouveaux amis, des loisirs qui lui étaient inconnus jusque-là… comment va-t-elle gérer ça ?
Une forte dose de courage et d’ambition vont l’aider à se relever et à chercher la vérité sur son état. Entre mensonge, réel amour, vérité, secrets et blessures, Marie a bien du pain sur la planche pour se redécouvrir entièrement. Chose qu’elle va essayer de faire petit à petit, tout en découvrant de nouveau les joies de l’amour, de la maternité, et de la vie de famille. Une chose totalement nouvelle pour elle, mais où elle arrive néanmoins à exceller.

Les nombreux sujets que traite Frédérique Deghelt sont assez forts ; l’amnésie, en tout premier lieu, est une maladie des plus tristes : effacer des pans de sa vie sans raison, quoi de plus malheureux et de plus horrible ?! Elle parlera également de l’amour et de sa routine, du temps qui passe inexorablement sans que l’on y puisse grand chose… des sujets poignants, qui peuvent être évoqués pour tous.

Grâce à son écriture légère et entraînante, Frédérique Deghelt nous plonge très rapidement dans les abîmes de son récit.

Néanmoins, le dénouement n’a pas été tel que je l’espérais. Certaines questions me sont restées en suspens, non élucidées, et toujours aussi intrigantes. C’est vraiment dommage, je m’attendais à une forte fin, mais hélas, elle n’a pas été à la hauteur de mes attentes.

Un roman très sympathique, à lire pour les vacances ou pour se détendre, avec un sujet original, aussi douloureux que mystérieux.

L’adaptation cinématographique réalisée par Sylvie Testud est d’ailleurs sorti il y a peu de temps. A en croire la bande-annonce, le film a l’air beaucoup plus émouvant que le livre. Il a l’air de différer un peu par moments, mais il n’en reste pas moins très proche de l’original.

Ma note : 7/10

Une réflexion sur “La vie d’une autre

  1. Pingback: D – AnaLire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s