La légion de la colombe noire

La légion de la colombe noire de Kami Garcia
350 pages, éditions Black Moon, à 18€
Résumé : Kennedy, dévastée par la mort de sa mère, apprend que ce drame est lié à des forces surnaturelles. Deux frères jumeaux, Jared et Lukas, qui la sauvent d’un dangereux esprit envoyé pour la tuer, lui révèlent qu’elle devra prendre la place de sa mère au sein de la Légion, une société secrète de chasseurs de fantômes dont les cinq membres ont été assassinés et dont les enfants sont les héritiers.
Extraits : « J’ai appris qu’un sourire peut se briser aussi facilement qu’un coeur. »
« S’il est vrai qu’on peut dissimuler les preuves du mal, celui-ci laisse toujours une trace.« 

Mon avis : Kami Garcia, a la réputation d’auteure reconnue pour sa co-écriture de la saga 16 Lunes, elle est à la tête d’un empire de romans fantastiques dédié à la jeunesse ; genre littéraire que je ne porte pas spécialement dans mon coeur. Avec La légion de la colombe noire, j’avais pour ambition de découvrir la romancière, sa plume et son univers fantasy, tout en m’amusant à suivre les aventures lugubres de jeunes héros.

L’histoire se déroule dans une obscurité glaciale, ponctuée de sordides démons, de magie, et de frissons. Tout débute par la mort soudaine de la mère de la protagoniste, Kennedy Waters. Retrouvée avec son chat sur le ventre, elle ne soupçonne nullement l’animal de ce coup de grâce. Mais quelques temps plus tard, lorsque le mammifère essaie à son tour de la tuer et que des inconnus entrent subitement chez elle pour la sauver ; s’en est trop, quelque chose cloche. Elle apprend, par ces mêmes inconnus, jumeaux flamboyants au visage charmant, qu’un démon cherche à la tuer, courant alors un grave danger. La vie de Kennedy va effectuer un virage brutal, se retrouvant plonger dans un cauchemar réaliste, embarquée dans une bande d’adolescents membres d’une certaine « Légion de la colombe noire », à traquer un terrifiant démon aux pouvoirs surdimensionnés.

Du fantastique modéré, dosé à souhait, avec une part de réalisme toujours présent, qui permet aux lecteurs de rester ancrer dans le sol tout en s’élevant dans des affres imaginaires.

L’intrigue n’est pas toujours bien explicitée, Kami Garcia ne s’attache que trop peu à son thème central, préférant privilégier les comportements et caractéristiques humains ainsi que le peaufinement des lieux de l’action. Néanmoins, ce coup double porte ses fruits : même sans attaches profondes au sujet, le développement alentour est si fignolé, qu’il happe entièrement l’esprit du lecteur.

Kennedy Waters ressemble à prime-abord à une jeune fille naïve, assez sotte, banale dans son ensemble. Son caractère ne m’a pas particulièrement plût ; trop stéréotypée, simple et antipathique. Mon apathie envers elle n’a fait qu’accroître, me surprenant même à la haïr pour sa trop grande fragilité concernant la mission extraordinairement peu commune qu’elle doit réaliser. A toujours vouloir se mettre en avant, elle en reste néanmoins attachante.
Le triangle amoureux, typique des histoires pour adolescents, ne va faire qu’ajouter une dose plus légère au ton noir du roman. On en vient à jalouser l’héroïne, mais également à la presser de choisir entre les deux jumeaux sus-mentionnés, les faisant mijoter et piétiner durant une trop grande surface de temps. Son coeur balance et ne laisse transparaître aucune préférence jusqu’à l’entière révélation finale…

Concernant les lieux où se déroulent l’action, Kami Garcia a fait fort : le frisson me venait, des sueurs froides arrivaient, marquant le début d’une longue et tragique traversée de l’enfer. Des passages noirs dignes des plus grands thrillers, qui prouve l’incroyable talent de l’auteure. Les descriptions détaillées (lors de la descente dans le puits, de la visite de la prison…) ne peuvent qu’ajouter au réalisme des scènes et accroître le frisson du spectateur.

Le point final de ce premier tome – oui, La légion de la colombe noire signe le début d’une toute nouvelle saga bien prometteuse -, est chargé d’émotions, d’une triste déclaration qui émeut nos tristes âmes fragilisées. Avec ce sublime dénouement, l’auteure est certaine de me retrouver pour une seconde lecture, en occurrence la suite de ce premier roman.

Chargé de mystère, d’amour et d’actions, ce roman fantastique se lit d’une traite, sans pause et sans ennuie. Les personnages, hautement attachants et l’intrigue opaque à souhait, font de ce livre inquiétant, une mystérieuse histoire tragique, teintée de démons sordides.

 

Ma note : 6,5/10

Publicités

Une réflexion sur “La légion de la colombe noire

  1. Pingback: G – AnaLire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s