La délicatesse

La délicatesse de David Foenkinos
209 pages, éditions Folio
Résumé : Nathalie et François sont heureux, ils s’aiment et semblent avoir la vie devant eux…
Mais, un jour, la belle mécanique s’enraye. François décède brutalement.
Veuve éplorée, le cœur de Nathalie devient une forteresse où même les plus grands séducteurs vont se heurter.
Sauf un: Markus, un collègue terne et maladroit, sans séduction apparente. Sur un malentendu, il obtient de la belle un baiser volé. Pour cet outsider de l’amour, c’est un signe du destin : il se lance à sa conquête… tout en délicatesse.

Extraits :  « Chaque air lui rappelait François. Chaque note était l’écho d’un souvenir, d’une anecdote, d’un rire. Elle prit conscience que ce serait terrible. En sept ans de vie commune, il avait eu le temps de s’éparpiller partout, de laisser une trace sur toutes les respirations. Elle comprit qu’elle ne pourrait rien vivre qui puisse lui faire oublier sa mort. »
« La douleur, c’est peut-être ça : une façon permanente d’être déraciné de l’immédiat.« 

Mon avis :  David Foenkinos est un auteur Français dont j’entends énormément parler depuis longtemps. C’est donc avec une grande curiosité que je me suis lancée dans la lecture de La délicatesse, une comédie Française très connue, adaptée au cinéma en 2011.

La vie de Nathalie passe du jour au lendemain d’un bonheur pur et dur à une vie vide de sens. Alors qu’il était parti faire un jogging, le mari de Nathalie ne reviendra jamais, mort durant son loisir. Comment retrouver goût à la vie après ce terrible épisode ? Devenue veuve, ses connaissances, ses collègues de travail et ses amis se relaient auprès d’elle pour la soutenir. Mais Nathalie ne veut pas de cette pitié. Elle veut seulement réapprendre à vivre.

La délicatesse traite d’un sujet vraiment très triste : la mort inattendue d’un être cher. Nathalie se retrouve seule du jour au lendemain, après avoir passé plusieurs années de vie avec l’homme qu’elle considérait comme l’homme de sa vie. Je n’ai pas pu m’empêcher de me glisser dans la peau de la protagoniste, et de ce fait, j’ai pu ressentir – en moins fort, bien évidemment -, tout ce qu’elle a dût ressentir au moment de cette disparition. Certaines lignes m’ont vraiment tirées des larmes des yeux. C’est un épisode si tragique, qui doit être tellement douloureux… et qui, malheureusement, arrive vraiment trop fréquemment dans la vie réelle.

Mais David Foenkinos, loin de laisser ses lecteurs se noyaient dans toutes les larmes de leurs corps, va apporter un important message d’espoir à toutes ces personnes restées seules. Nathalie, après une période de deuil qui a duré plus de trois ans, où elle s’est plongée corps et âme dans son boulot, va finalement décider de reprendre sa vie en main : elle va vivre pour elle et redonner un sens à son quotidien. Par le hasard des choses, Nathalie va rencontrer Markus, un jeune suédois assez quelconque employé dans la même entreprise qu’elle. Une histoire singulière va naître entre eux, qui se rapproche significativement de la Belle et de la Bête. Les rumeurs vont aller bon train, les mauvaises langues vont parler, mais rien n’entravera la reconquête du bonheur de Nathalie. Derrière chaque peine, se cache de l’espoir.

Les avis sont très controversés sur ce livre. Soit on aime, soit on aime pas. Personnellement, j’ai bien aimé l’histoire. C’est une comédie française très triste et réaliste. Malheureusement, l’écriture de l’auteur est n’est pas très délicate (c’est le cas de le dire). J’ai trouvé qu’il sautait un peu du coq à l’âne, qu’il enchaînait les épisodes de la vie de Nathalie sans beaucoup de transition. De plus, les caractères des personnages étaient un peu trop rapidement décrits. Nathalie, par exemple, m’a semblé être une coquille vide, un frigidaire statique. C’était assez déconcertant, surtout pour un roman qui s’axe sur les sentiments humains.

Finalement, La délicatesse est un roman à double tranchant : l’histoire est jolie et poignante, tandis que l’écriture de l’auteur est un peu incisive. J’ai quand même passé un agréable moment de lecture. En sachant que ce livre a été adapté en film, je pense que j’irai le visionner, ne serait-ce que par curiosité…

Ma note : 6/10

Une réflexion sur “La délicatesse

  1. Pingback: F – AnaLire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s