Classique

Jane Eyre

Jane Eyre de Charlotte Brontë
760 pages, éditions Pocket, à 3,90€
Résumé : Orpheline, Jane Eyre est recueillie à contrecoeur par une tante qui la traite durement et dont les enfants rudoient leur cousine. Placée dans un orphelinat, elle y reste jusqu’à l’âge de dix-huit ans. Elle devient alors institutrice dans une famille et tombe passionnément amoureuse du père de ses élèves. Un amour partagé, auquel elle résistera d’abord, découvrant avec horreur l’existence de la première femme de Rochester, enfermée pour folie par son mari.
Extraits : « Les amis oublient toujours ceux que la fortune abandonne.  »
« On peut exprimer autant de sentiment en un mot qu’en cent, si c’est un mot venu du coeur. « 

Mon avis : ENFIN, j’ai eu le privilège de découvrir cette fabuleuse et ô combien célébrissime histoire, dont tant de monde fait les louanges. Jane Eyre ou cet énorme pavé de plus de 700 pages, qui malgré son ahurissant volume, se laisse dévorer goulument en un tour de main. Spectaculaire, époustouflant, et unique en son genre.

La narration est presque entièrement connue de tous – ce livre étant l’un des monuments phares de la littérature -, aussi est-ce la raison pour laquelle je ne m’étendrais pas sur l’explication de l’histoire. Jane Eyre, une jeune orpheline, se voit confier à sa tante Mme Reed, elle-même mère de deux enfants, qui ne peuvent pas supporter la présence de Jane. Après maintes tergiversations, Jane est envoyée dans une école, à Lowood, où elle apprendra à s’ouvrir au monde, à la culture, et à la société. Elle trouvera finalement une place en pension à Thornfield, comme gouvernante de la petite Adèle, et tombera immédiatement sous le charme du maître des lieux, Mr Rochester, sans se l’avouer directement…

La précision des descriptions permet une totale considération des protagonistes et des paysages alentours, une adhérence complète dans le contexte du XIXième siècle, dans ses tourments et ses méandres. Si vous pensez qu’un décryptage trop pointilleux est souvent rébarbatif, je vous l’accorde, c’est vrai. Mais ce roman fait miraculeusement exception à la règle et détaille, sans nous lasser, les moindres faits et gestes du personnage éponyme, en s’attardant sur d’infimes vétilles qui ne fait qu’envelopper, amplifier et donne de la profondeur aux atours de l’histoire.

La merveilleuse plume de Charlotte Brontë, tout en volupté, en douceur, humanise réellement les personnages qu’elle présente, les approfondie à la perfection, et ajoute un charme quasi magique à son récit.

Bien que l’histoire ne regorge pas d’action, sa simplicité, son réalisme et sa profondeur ne peuvent qu’émouvoir le lecteur. L’auteure met toutes ses tripes dans la narration, elle se jette corps et âme dans son personnage, rendant Jane Eyre un double d’elle-même, sans pour autant partir dans la biographie caractérielle. En restant dans l’ère du XIXème siècle, la protagoniste détient une once de modernité, une pensée conquérante, engageante et volontaire. Jane Eyre semble évoluer dans une Angleterre victorienne lugubre et sombre, tandis que son caractère se réfère d’autant plus à celui d’une jeune femme du siècle suivant – voire du XXIème.

L’atmosphère générale rappelle la littérature gothique de la moitié du XVIIIième siècle ; soit des romans écrit par des femmes, pour des femmes, avec une héroïne féminine. Gothique dans le sens où l’histoire se déroule au milieu de vieux châteaux obscurs et d’abbayes noirâtres où plane le spectre d’un fantôme et la sévérité humaine.

Le sentiment prédominant, – qui arrive à s’échapper de ce surplus d’émotions – est sans équivoque l’amour-passion, authentique et majestueuse dans son originalité. Jane Eyre et Mr Rochester, deux êtres que tout oppose, que rien ne prédestiné à se retrouver, mais qui vont s’aimer à la folie, d’un amour pur et droit, juste et beau. S’aimer d’un amour raffiné, semblable aux contes de fées, qui transgresse l’entendement humain et se réfère uniquement aux sentiments les plus ardents.

Un concentré de beauté littéraire, émotionnel, sentimental et intellectuel. Une oeuvre parfaite, l’une des meilleures que je n’ai jamais eu le loisir de lire – voire la meilleure de tous les temps. Si vous n’avez pas encore eu l’audace de découvrir ce roman, je vous le conseille instamment : nulle déception n’est possible, cette perle de la littérature ravie toutes personnes confondues. Un bonheur à l’état pur qu’il est difficile de quitter une fois achevé.

Ma note : 10/10
Publicités

Une réflexion au sujet de « Jane Eyre »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s