Bras de fer

Bras de fer de Jérôme Bourgine.
302 pages, éditions Sarbacane, à 16 €

 

Résumé : De part et d’autre du bras de fer, il y a le fils et le père. Le fils, Julian. 18 ans, champion de natation et amoureux de Leïla. Le père, Louis. Ouvrier syndicaliste, mutique, forgé dans l’acier. Et puis il y a l’accident de moto. Fini la natation, fini la « vie normale », fini aussi les bras de fer avec le père. Julian a tout perdu, croit-il. Tout sauf Leïla.

Extraits : « L’espèce humaine était égoïste, sourde à tout sauf à elle-même. »
« La naïveté de son amour lui apparaît soudain comme un talisman précieux pour l’avenir.« 

Mon avis : En lisant le résumé du livre, on aurait pu aisément croire que Bras de fer traité d’un sujet sur le handicap et la difficulté à surmonter cette déficience physique, mais que nenni, c’est toute une histoire de drogue et d’addiction qui se cache derrière ce roman.

Julian est un grand jeune homme de 18 ans, il est champion de natation d’île de France. Il est en couple avec Leila, une arabe très gentille, et follement amoureuse de Julian. Le père de Julian, Louis, est surnommé depuis sa plus tendre enfance « Bras de fer », dû au fait d’une histoire inventée par un médecin quand il était à l’hôpital, pour se faire recoudre le bras. Depuis ce jour, il est devenu le champion incontesté du jeu du bras d’honneur, communément appelé bras de fer. Julian essaie de battre son père depuis sa plus tendre enfance, mais en vain. Louis l’a alors mit au défi de le battre à sa majorité, et il lui paierait, en contrepartie, la moto dont il rêve depuis tout petit. Ayant perdu une nouvelle fois contre son père, Julian vole la moto d’un de ses amis, et décide de rejoindre sa copine… c’est à ce moment là que l’accident qui va changer sa vie survient… A partir de ce jour, sa vie va déraper et changer du tout au tout.

Le début du roman ne laisse pas du tout présager l’histoire qui va se déroule tout à long du livre.
On démarre sur les chapeaux de roues, tous les évènements s’enchaînent à une grand vitesse, sans laisser aux lecteurs le temps de dire « ouf ». J’avoue qu’avec toutes les informations que Jérôme Bourgine nous balance au début, j’avais du mal à tout enregistrer au fur et à mesure. L’entrée dans le roman est brutal, l’auteur nous met directement face aux vies et aux situations des différents personnages.

Julian représente au début du livre un garçon normal, mais qui va se transformer au fil des pages. Sa lente descente aux enfers va commencer dès son accident, pour ne faire qu’empirer tout au long de l’histoire.
Leila est réellement amoureuse de Julian. L’amour qu’elle lui voue et inconditionnel, omniprésent, et les preuves d’amour qu’elle lui montre (aussi indirectement que directement), démontre bien toute l’importance qu’elle lui accorde. Elle fait beaucoup de sacrifice pour lui. Après son accident, elle aurait pu le quitter, le laisser tout seul, mais non, elle est restée, et à continuer à vivre avec lui comme si rien ne s’était passé. Même après qu’il ait commencé à sombrer dans la drogue, elle est restée auprès de lui, et lui a voué une confiance exceptionnelle. Elle a crut en lui, en ses promesses, et même en ses mensonges.
Attachants, vulnérables mais également touchants, ces deux jeunes gens vont émouvoir le lecteur, et faire en sorte qu’il ne sorte pas indemne de sa lecture.

Un sujet fragile, un thème qui remue et percute le lecteur. Mais pour nuancer ce fort sujet, Jérôme Bourgine a ajouté des touches d’humour, de tendresse et beaucoup d’amour qui permettent d’atténuer la violence du roman.

Je tenais à féliciter l’auteur pour la dénouement de son livre. Une fin bouleversante, où j’ai failli pleurer, pour la première fois en lisant un texte. J’aurais bien lu encore quelques centaines de pages de ce livre : les pages filent toutes seules, on s’attache aux personnages, et l’histoire et fort agréable et réaliste…

Un livre qui fait prendre conscience de certaines réalités de la vie d’aujourd’hui, il est fort, très troublant. Ceux qui le liront ne ressortiront pas indemnes, et s’en souviendront longtemps.

 

Ma note : 8,5/10
Publicités

Une réflexion sur “Bras de fer

  1. Pingback: B – AnaLire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s