Littérature allemande·Littérature jeunesse

11 novembre

11 novembre de Paul Dowswell
230 pages, éditions Naïve Livres, à 18€

 

Résumé : Au matin du 11 novembre 1918, sur le front ouest, le soldat Will Franklin s’apprête à partir en mission, à la recherche de soldats allemands, cachés au coeur d’une forêt. Le jeune homme, terrifié par la nouvelle épreuve qu’il doit affronter, ignore, comme ses camarades, que d’ici quelques heures la guerre sera finie.
Extraits : « Avoir la trouille, c’est bien. Débrouille-toi pour avoir peur dès que tu dois te battre. C’est la meilleure façon de rester en vie.  »
« Il leur rappela aussi que la peur n’était pas un crime, mais qu’une incapacité à contrôler cette peur était une maladie contagieuse nécessitant d’être isolée et traitée avec la plus grande sévérité. « 

Mon avis : Quoi de plus émouvant pour célébrer le centenaire du commencement de la première Guerre mondiale que de raconter le dernier jour du conflit ? Le 11 novembre 1948, suite à la signature de l’armistice, les Alliés vainqueurs (France, Royaume-Unis, URSS, Etats-Unis…) ont pris l’ascendant sur l’Allemagne vaincue, et déclarent le cessez-le-feu à onze heure tapante du matin. Paul Dowswell narre l’incroyable férocité des combats – ayant continués jusqu’à la toute dernière minute -, les dégâts qu’ils ont causés, les pertes, traumatismes et nombreux désagréments, l’horreur qui s’en est découlé et la violence des attaques… tant d’effroyables témoignages provenant de très jeunes combattants, souvent forcés de monter au front, qui racontent leur dernière journée de lutte.

Je parle de témoignages, mais ce ne sont que des personnages fictifs, inventés par l’auteur, qui peuplent l’histoire. Les événements, quant à eux, sont en partie véridiques, et retranscrivent adroitement l’atmosphère de cette Grande guerre.

Dans la peau de jeunes soldats, enrôlés au front, venant de camps différents – l’un est « Fritz », Allemand de souche, l’autre Américain natif, un « Tommy », tandis que le troisième, le « Yank » est né en Allemagne, mais s’est expatrié en Amérique, combattant désormais pour l’armée Américaine. Ces jeunes recrues, très différents par leurs origines, communient dans la peur qu’ils ressentent quant au déroulement des affronts. Traumatisés mais courageux, ils servent leur patrie pour rendre honneur à leur famille et leur nation, sans se poser d’éternelles questions. Le destin les fera se rencontrer sur le champ de bataille, à l’orée de l’arrêt des combats, dans une position insolite, devant s’entraider pour ne pas s’entretuer.

Paul Dowswell réussit une prouesse narrative, liant frayeur et panique, dans une histoire d’un jour, racontée telle une course poursuite historique contre la mort. En cette période noire, l’humanité des hommes est comme envolée, effacée au profit des crimes meurtriers perpétués lors cette guerre sanglante. L’auteur laisse poindre une infime parcelle de solidarité suite au tintement des onze coups de la finalité de cette première guerre. Une coalition de plusieurs hommes, les trois protagonistes – ennemis quelques heures, voire quelques minutes plus tôt -, oublient leurs insignes au bénéfice de la camaraderie humaine. L’aviateur « Yank », ayant essayé de bombarder une troupe Allemande dont faisait partie le « Fritz », se retrouve blessé, et aidé par ce même « Fritz », et par le « Tommy », suite au cessez-le-feu mondiale. Comme quoi l’homme a beau se montrer cruel, une part de son être, gouverné par le coeur, garde des émotions vives et pleinement humaines. « Le soleil brille toujours après une nuit sombre » comme disait James Ngugi.

L’expiation des combats, bien qu’ordinairement très joyeuse, ne laisse pas transparaître la joie escomptée. Meurtris par tant d’années d’affrontement, de pertes en milliers d’homme, l’espoir les ayant quittés depuis belle lurette, les hommes ne s’imaginent pas retrouver une vie normale suite à ces terribles années sombres. L’armistice, qui devait sonnait comme un glas, prend une couleur verdâtre de haine et de ruines.
11 novembre rend hommage aux fusillés, et apporte une originalité surprenante au contexte, plongeant totalement le lecteur au coeur de cette journée, face aux choix et aux responsabilités qui incombent aux nouveaux soldats.

Dans ce fantastique roman historique, je retiendrais particulièrement la jeunesse des soldats et leur peur réciproque quant au déroulement des assauts. Le lugubre paysage, l’animosité des hommes, leur course à la vie, les transformant progressivement en bêtes féroces, imbues de sang. Une réussite, tout en rapidité et enchaînements d’actions. Si vous tendez l’oreille, vous entendrez sûrement les éclats d’obus se disperser dans les camps, les tires en rafales de mitraillettes et les hurlements des hommes, tristes portraits de vies détruites.

 

Ma note : 7/10
Publicités

Une réflexion au sujet de « 11 novembre »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s