Fantastique

Morte

dbc
Morte d’Emmanuelle Aublanc.
421 pages, éditions Valentina, à 20 €

 

Résumé : Voilà dix minutes que j’ai pris le volant et je n’arrive toujours pas à t’oublier. Pourtant, telles étaient tes dernières volontés. Je suis désolée, mon amour, mais c’est peut-être la seule chose que tu me demandes qui me soit impossible à réaliser. Tu as pris trop de place dans ma vie pour que je puisse tirer un trait définitivement sur ces quelques derniers mois. Tout me paraît tellement difficile, désormais. Penser, respirer, vivre est une torture. Je suis vide, vide de ton amour.
Aujourd’hui, je suis morte avec toi. Ne t’inquiète pas, j’ai encore la force de te rejoindre.
Extraits :  « Toujours se méfier de l’amour, car il apporte toujours son lot de désagrément. On ne peut jamais baser toute son existence sur l’être aimé. »
« Il y a une chose que personne ne pouvait contester, c’était que nous étions tous égaux devant la mort.« 

Mon avis : Le début de ce roman m’a vaguement rappelé le livre Lune Mauve de Marilou Aznar. L’histoire se déroule dans les mêmes conditions, avec des personnages presque similaires, et une intrigue très ressemblante. Fort heureusement, passé la moitié de l’histoire, comme dans Lune Mauve, le côté fantastique/fantasy prend le dessus, et l’histoire ne ressemble plus du tout au roman précédemment cité, elle change du tout au tout.

Donc Lise est une jeune adolescente qui vit en Caroline du Nord, à Mary Port exactement. Elle va faire, à son lycée, la rencontre de David, qui semble être un jeune homme normal, mais qui va se révélait bien différent de la personne qu’il cherche à montrer à tous. S’ensuit une idylle qui va relier ces deux personnages principaux, jusqu’à ce que David disparaisse, pour ne plus jamais revenir. Jusqu’où Lise peut-elle aller pour amour pour David ?

Quand j’ai lu pour la première fois le résumé de la quatrième de couverture, je l’ai trouvé très intrigante, mystérieuse, même. En commençant la lecture de ce roman, je ne savais pas du tout à quoi m’attendre. C’est donc avec une totale insouciance que je me suis (une nouvelle fois) lancée dans cette nouvelle lecture.

Un début d’histoire très lent, dont je n’ai pas retenu grand chose. Les personnages y sont brièvement décrits, ainsi que l’environnement et le contexte principal du livre.
On y découvre donc Lise, jeune adolescente blessée par le divorce de ses parents, qui n’arrive pas à se remettre de cette dure nouvelle. De ce fait, elle est instable, et déprimée. Heureusement que ses deux meilleures amies, Eva et Alice, sont là pour l’aider à remonter la pente, et à lui (re)donner le sourire !
Puis l’apparition de David va marquer un grand tournant dans la vie sociale mais également amoureuse, de notre jeune Lise. Éprise dès le premier regard de cet être si mystérieux, elle ne va pas tarder à tomber dans ses bras, pour finir par dépendre carrément de lui. Mais la nouvelle sur sa véritable identité marque le début d’une toute nouvelle forme de l’histoire.

Une fois la base de l’histoire posée, l’intrigue peut enfin débutait. Si certains passages de la première moitié du livre m’ont parus assez longs, cette second partie est tout simplement captivante !
Il n’y a peut-être pas beaucoup d’action, mais Emmanuelle Aublanc nous tient en haleine, particulièrement vers la fin du roman. Et même après cette fin, le suspense ne se relâche pas, bien au contraire, il demeure au plus au point. C’est pour cette raison que le tome 2 a intérêt à se dépêcher de sortir, car mon envie de découvrir la suite de ce sublime roman est très forte.

Malgré les sentiments de l’amour qui sont très présents dans ce livre, l’auteure arrive à y glisser un second thème très important. Dictée par la mort, Emmanuelle Aublanc réfléchit dans ce roman sur la question de la vie après la mort. Une question très philosophique qui a levée bien des débats, mais qui reste à ce jour, et pour encore plusieurs centaines d’années je pense, une grande énigme. La mort est donc très présente dans cette seconde partie du roman, souvent évoquée, elle commande implicitement la vie.

Emmanuelle Aublanc signe donc ici un premier roman très abouti, une parfaite réussite, que je recommande à tous de découvrir. Le second tome ne peut qu’être mieux ; j’espère que l’auteure ne décevra pas ses lecteurs, et continuera de les faire rêver et réfléchir en même temps.

 

Ma note : 8/10
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s