Littérature jeunesse

Les médecins ridicules

dbc
Les médecins ridicules de Laure Bazire
135 pages, éditions Nathan, à 5,20€
Résumé : Paris, XVIIe siècle. Jean-Armand de Mauvillain se rend de toute urgence chez son ami Molière qui l’a fait appeler au chevet de son enfant malade. Le comédien est désespéré : il a déjà subi le dédain et les mauvais conseils du grand Daquin, l’un des médecins du roi Louis XIV. Malgré toute la science de Mauvillain, l’enfant meurt. Dès lors, à travers ses pièces, Molière n’a de cesse de dénoncer le charlatanisme de Daquin et de certains de ses éminents confrères…

Extrait : « Tu souffres de ce qu’on appelle une « intempérie », c’est-à-dire que ta bile noire est en excès par rapport aux autres liquides de ton corps. Tu vois tout en noir, tu ne supportes rien ni personne et tu exiges trop des autres comme de toi-même. »

Mon avis : Encore une fois, les éditions Nathan proposent une gamme de petits ouvrages dédiés à la jeunesse, qui contiennent, en très peu de pages, un maximum d’informations. Ils réitérent le succès de leur opération avec Les médecins ridicules, titre en référence aux oeuvres de Molière, qui exploitent dans leurs titres, la thématique de la science médicale (Le malade imaginaire, Le Médecin malgré lui, Le médecin volant…). Vous l’aurez compris, Laure Bazire s’attaque met en scène le célèbre dramaturge Molière dans son Paris du XVIIème siècle, entouré de ses proches, plongé dans son élément théâtral, dans ses tracas et autres soucis quotidiens.

De chair et d’os, nous rencontrons Molière, dans un cadre tout autre que celui dans lequel nous le connaissons ordinairement. Vu sous l’angle de la narration d’un de ses amis proche, qui a réellement existé, Armand de Mauvillain, médecin intime de Molière, nous suivons ses aventures et ses évolutions à travers les yeux de ce personnage. Les médecins ridicules raconte une période essentielle de la vie de l’auteur, période de bond théâtral, d’ascension à la troupe du Roy, de jalouseries éffrenées de la part de ses confrères, et de désillusions morbides. L’auteur est mis à nu dans le contexte qu’il préfère ; celui du rire et de la comédie.

Très agréable à lire, ce petit livre est fort enrichissant et ce lit en un tourne-main. Attention tout de même à connaître un minimum les grandes oeuvres de cet homme, son aura dans le monde littéraire, et les principaux genres théâtraux dont parle l’auteure Laure Bazire. Bien que conseillé dès 11 ans, je pense préférable aux jeunes de le députer plus tardivement. L’histoire est quand même bien écrite, parfaitement résumée, mêlant avec brio un style d’écriture moderne et plus ancien, variant le langage soutenu et le langage familier, tout ne gardant une ligne de conduite fidèle aux pièces de Molière. Sans être impérissable, ce roman – qualification faussée, au vue de la véracité des faits exposés -, est un bon divertissement culturel pour les curieux désireux de s’enrichir davantage sur la vie de ce grand-homme.

Ma note : 5,5/10
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s