Le Jeu de l’Assassin

dbc
Le Jeu de l’Assassin de Nils Barrellon
285 pages, éditions City, à 17,50€
Résumé : Le cadavre d’une femme poignardée avec une violence extrême est retrouvé sur les rails, près de la gare du Nord. Elle n’est que la première victime d’une longue liste. A chaque fois, les proies sont des prostituées dont le tueur sème les corps dans différents quartiers populaires de Paris. Des meurtres sordides sans motif apparent. Le commissaire Kuhn n’a pratiquement aucun indice et l’enquête s’enlise. Jusqu’à ce que le meurtrier fasse en sorte que l’on retrouve sa trace. Il relance la partie dans un jeu macabre avec la police. Un jeu de piste infernal au dénouement inattendu. Il assassine sans pitié. Et Paris est devenu son terrain de jeu.

Extrait : « Non pas qu’en vieillissant on se foute de tout, mais on apprend à se blinder. La carapace s’épaissit. Question d’équilibre, pour paraphraser Francis Cabrel. »

Mon avis : Une couverture énigmatique, à l’effigie d’un thriller sombre, une phrase accrocheuse « il tue sans pitié et Paris est devenu son terrain de jeu« , un résumé percutant… tant de tentation pour un livre promu finaliste du Prix Quai des Orfèvres.

Plongé dans la folie meurtrière dès le commencement du roman, le lecteur n’a pas le temps de s’acclimater à l’atmosphère semi-pesante du livre, que Nils Barrellon débute manu militari son intrigue. Pour ajouter une certaine légèreté à son incipit, il use d’une dose d’humour totalement inattendu dans ce genre d’histoire (l’excrément du petit chien d’une vieille dame devant sa porte), qui risque de faire hurler de rire plus d’un. Profitez de ce moment déjanté, seul point d’accalmie dans Le Jeu de l’Assassin.

L’enquête entière est maintenue sous pression, dans l’obscurité la plus complète. L’auteur dresse la description d’horribles meurtres sanguinaires, allant crescendo dans leur abject déroulement. De faibles indices sont parsemés çà et là, sans toutefois laisser une ouverture assez large pour l’élaboration du potentiel criminel.

Le scénario, tourné de façon imitatrice à la manière de procéder de Jack l’Éventreur, peut, à première vue, ressembler à du réchauffer, à une copie conforme (modifiant les lieux : de Londres à Paris). Mais Nils Barrellon y appose son empreinte personnelle, sa touche d’identité, qui rend Le Jeu de l’Assassin unique en son genre. La recherche et le travail qu’on dû nécessiter certains passages, plus pointus, ne se ressentent pas outre-mesure, rendant au contraire plus fluide et réaliste le contenu sous-jacent.

Sans en faire trop, ni trop peu, l’auteur mène d’une main de maître son enquête. Le suspense est préservé jusqu’au dénouement, les actions s’enchaînent sans interruption, le rythme est soutenu, dynamique et haletant. Cocktail parfait pour un roman policier réussi !

Bien que le protagoniste reste une zone d’ombre énigmatique, ses sentiments transpercent les pages et viennent se ficher dans l’âme du lecteur. On le suit, on a peur, on transpire pour lui, on fuit, on s’essouffle… Ses aventures sont les nôtres ; il nous entraîne dans son ascension à la révélation, nous prenons facilement au jeu de la découverte.

Le dénouement aurait pu être décevant, mais l’auteur soulève bien la barre en menant une vraie course poursuite, un sprinte final qui booste davantage le ton énergique du livre. Même si la découverte du tueur était partiellement envisageable, Nils Barrellon estompe cette partie de l’intrigue, pour la remplacer par la recherche de l’affirmation du prétendu meurtrier. Ne vous faites pas avoir le surprenant retournement final, qui m’a laissé complètement déstabilisée durant toute la continuité de ma lecture.

Ce jeune auteur signe là un roman tout à fait prenant, au rythme détonnant, à l’intrigue stupéfiante, qui débute, je l’espère, la série d’une longue gamme de futurs thrillers.

Ma note : 7,5/10

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s