Classique

Illusions perdues

dbc
Illusions perdues d’Honoré de Balzac
863 pages, éditions Le Livre de Poche, à 6,60€

 

Résumé : On causait à cœur ouvert. Hector Merlin seul ne riait pas. Lucien lui demanda la raison de sa raison. – Mais je vous vois entrant dans le monde littéraire et journaliste avec des illusions. Vous croyez aux amis. Nous sommes tous amis ou ennemis selon les circonstances… Vous vous apercevrez avant peu que vous n’obtiendrez rien par les beaux sentiments. Si vous êtes bon, faites-vous méchant. Soyez hargneux par calcul… Pour être aimé, ne quittez jamais votre maîtresse sans l’avoir fait pleurer un peu; pour faire fortune en littérature, blessez toujours tout le monde, même vos amis, faites pleurer les amours-propres: tout le monde vous caressera.
Extraits : « Oh ! je suis un athée au complet ; je ne crois ni en Dieu, ni à la société, ni au bonheur. »
« Les angoisses des malheureux ne méritent pas moins d’attention que les crises qui révolutionnent la vie des puissants et des privilégiés de la terre.« 

Mon avis : Les Illusions perdues, nationalement connues, si ce n’est mondialement, est une petite brique, comme on l’appelle dans le jargot littéraire. Avec près de mille pages à son actif, ce livre peut décourager bon nombre de lecteurs potentiels. Si je n’avais pas été dans l’obligation de lire cet ouvrage pour mes études, je doute que j’aurais tenu mon attention tout au long de l’histoire.

C’est sous les traits de Lucien de Rubempré qu’Honoré de Balzac développe son récit. En outre, son protagoniste contient d’étranges ressemblances avec l’auteur, qu’il présente subrepticement comme un double de lui-même. Lucien, pleins d’entrain, quitte sa famille paysanne et pauvrette, pour tenter sa chance dans la sphère littéraire très fermée de Paris. Malheureusement pour le jeune homme, ses illusiosn littéraires sont très vites anéanties par le contexte parisien de l’époque, qui ne cautionne pas un être aussi faible physiquement et moralement que Lucien. Ce n’est pas un homme de conviction, chaloupé entre les autres personnages, il n’a pas d’idées fixes qui lui sont propres. Monté à Paris pour se faire une place dans la société de l’époque puis s’y élever, il va se retrouver bloqué par divers inconvénients qui l’empêcheront de mener à bien l’entreprise qu’il souhait – ici, faire imprimer son roman, L’Archer de Charles IX.

Lucien, présenté comme un être transparent, sans grande personnalité, va rencontrer de nombreux acteurs fondamentaux de la sphère littéraire parisienne de l’époque. C’est le cas des membres du cénacles, avec qui il sympathise, sans toutefois partager leurs idées de pauvreté littéraire. C’est alors qu’il décide de se tourner vers le journalisme, de façon totalement inattendue, sans contact, sans formation ni bagages, de façon surprenante. Son désir se réalise alors : il s’élève dans la société, en se faisant un nom à travers les articles qu’il écrit. Malheureusement pour lui, la décadence est proche. Les Illusions perdues connaissent une montée soudaine au sommet, mais une chute tout aussi soudaine, contrairement au roman Bel-Ami de Maupassant, qui traite d’une ascension journalistique sans descente.

Je dois avouer que ma lecture a été assez laborieuse. Certains passages me semblaient interminables, j’étais au bord de l’abandon. Néanmoins, pour les plus courageux, ce livre se lit facilement, dans un vocabulaire assez moderne. Les thèmes littéraires abordés sont étonnamment modernes ; pointant du doigt le pouvoir du journaliste, capable de faire ou défaire la réputation d’une personne, ou encore des auteurs, à l’avenir incertain, à l’épée de Damoclès constamment suspendue au-dessus de leurs têtes.

Ma note : 6/10
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s